Allemagne : Olaf Scholz et Emmanuel Macron appellent à renforcer la « souveraineté » de l’UE

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz appellent vendredi à renforcer la « souveraineté » de l’Union européenne, dans une tribune commune publiée à deux jours du Conseil des ministres franco-allemand.

C’est un défi essentiel pour l’UE « de garantir que l’Europe devienne encore plus souveraine et dispose des capacités géopolitiques pour façonner l’ordre international », écrivent dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung les dirigeants français et allemand, avant le 60e anniversaire du traité de l’Elysée.

L’Europe doit selon eux investir davantage dans ses forces armées et son industrie de l’armement. « Des capacités européennes améliorées et un pilier européen plus fort au sein de l’Otan font également de nous un partenaire plus fort vis-à-vis de l’autre côté de l’Atlantique et les Etats-Unis – mieux équipés, plus efficaces et plus puissants », soulignent-ils.

Relancer le couple franco-allemand

Après des mois de flottement, Emmanuel Macron et Olaf Scholz sont mis au défi de relancer le tandem franco-allemand dimanche à Paris, pour le 60e anniversaire du Traité de réconciliation entre les deux pays. Cet accord a permis de « surmonter des décennies, voire des siècles, de rivalités amères et de guerres sanglantes entre nos deux pays au coeur de l’Europe », font valoir les deux dirigeants.

La souveraineté européenne ne doit pas se mesure qu’en termes militaires mais aussi sur les capacités de « résilience et à agir de manière prospective dans des domaines stratégiques ». Cela implique une diversification des « biens d’approvisionnement stratégiques », ajoutent-ils. L’Europe doit en outre tout faire pour « devenir le premier continent climatiquement neutre au monde ».

Macron et Scholz citent comme autres objectifs que l’Europe devienne « un leader mondial de la production et de l’innovation » et que « le progrès économique et social aille de pair avec une transition écologique ». Les festivités s’annoncent assez formelles dimanche avec une cérémonie à la Sorbonne le matin suivie d’un Conseil des ministres franco-allemand à l’Elysée, celui-là même qui avait été reporté fin octobre sur fond de dissensions bilatérales.