Allemagne : Des arbres à la mémoire de victimes du nazisme vandalisés

Les actes de destructions se multiplient ces derniers jours à l’ancien camp de concentration nazi de Buchenwald dans l’est de l’Allemagne. Plantés en mémoire des victimes du régime antisémite, des arbres ont été vandalisés la semaine dernière, un acte exigeant « une réponse déterminée », a estimé lundi le chef de la région.

Sept arbres plantés à proximité de cet ancien camp situé dans le Land de Thuringe ont été abattus ou sérieusement endommagés la semaine dernière, tandis que deux autres ont été détruits pendant le week-end, a annoncé l’œuvre de bienfaisance qui les avait plantés. Ces arbres faisaient partie du projet « 1.000 hêtres » mené par l’organisation Lebenshilfewerk Weimar/Apolda qui les a plantés depuis 1999 le long de la « marche de la mort » du camp.

« Réponse déterminée »

Le chef du gouvernement de Thuringe Bodo Ramelow a sévèrement condamné ces actes. « Les auteurs d’actes aussi lâches sont mentalement sur la même ligne que les assassins de tous les camps de concentration », a-t-il jugé dans le quotidien berlinois TAZ.

Le dirigeant de la Gauche radicale (Die Linke) a interrompu ses vacances estivales, indiquant qu’il assisterait dimanche à Weimar à une cérémonie à la mémoire d’adolescents juifs déportés. « La seule chose qui peut aider est une réponse déterminée » contre ces actes, a-t-il ajouté, précisant qu’il participerait au remplacement des arbres.

56.000 victimes à Buchenwald

Plus de 56.000 hommes, femmes et enfants ont péri au camp de concentration de Buchenwald pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été tués par les Nazis ou ont succombé à des maladies, au froid et à la faim. Des milliers de Juifs font partie des victimes, mais aussi des Roms, des opposants politiques au régime de Hitler, des homosexuels ou des prisonniers de l’Union soviétique.

Les forces américaines ont libéré le camp en 1945. La fondation gérant le mémorial du camp de Buchenwald s’est plus d’une fois alarmée ces dernières années d’une multiplication des incidents sur le site, comme des croix gammées taguées ou des inscriptions négationnistes dans le livre d’or des visiteurs.