« Alice et le maire » : Comment Fabrice Luchini donne envie de voter pour lui

Fabrice Luchini dans «Alice et le maire» de Nicolas Pariser. — Bac Films

  • Dans « Alice et le maire », Fabrice Luchini est un politicien fatigué qui se fait conseiller par une jeune normalienne incarnée par Anaïs Demoustier.
  • Ce personnage charmeur permet à l’acteur de déployer toutes ses qualités et ses défauts, de « faire du Luchini » comme on dit.

Fabrice Luchini possède un flair inimitable pour choisir les films qui mettent son charisme en valeur. Comme dans Alice et le maire de Nicolas Pariser, où il incarne un homme politique à bout de souffle…

« Pour un comédien, tout tourne autour du “Regardez moi et admirez-moi” », expliquait-il à 20 Minutes à la sortie de Ma loute de Bruno Dumont en 2016. Mais pourquoi le public obéit-il à cette injonction ? Les réponses figurent dans tous ses films, Alice et le maire compris.

Fabrice Luchini parle bien

« Il faut rester modeste, pas de mégalomanie, pas de gigantisme », dit à un moment le maire du film. Et le spectateur fond. Ah, la voix de Luchini ! Elle est reconnaissable entre toutes. L’acteur sait la moduler en virtuose, que ce soit pour servir des textes classiques ou les discours du politicien à court d’idées d’Alice et le maire. Quiconque va voir un film avec Luchini sait qu’il va recevoir du velours dans l’oreille.

Fabrice Luchini sait s’entourer

L’acteur a besoin de partenaires à sa hauteur pour donner le meilleur de lui-même. Anaïs Demoustier en normalienne chargée de lui redonner le goût de la politique renvoie la balle à Luchini avec autant de grâce que de présence. Surtout quand elle ose tenir tête au politicien sans prendre de gants pour lui dire qu’il a perdu sa niaque.

Fabrice Luchini sait doser ses effets

« On ne nous attend pas, on m’attend moi », dit-il comme un enfant boudeur après avoir été rabroué par sa nouvelle conseillère. Cet homme qu’on a tantôt envie de gifler ou de serrer dans ses bras pour son mélange d’arrogance et de fragilité constituent la marque de fabrique de Fabrice Luchini. Il pourrait envoyer un hologramme pour les interpréter à sa place mais il leur apporte toujours des variations bienvenues.

Fabrice Luchini occupe le terrain

On peut le détester ou l’aduler, le trouver précieux ou envoûtant, son style est inimitable. Quand Luchini est à l’écran, il est impossible de détourner le regard. La caméra ne voit que lui et le public aussi. « On va écrire tous les deux le discours de ma vie », assène le maire à Alice. Mais n’est-ce pas déjà ce que l’acteur fait à chaque film ?

Fabrice Luchini est conscient de sa valeur

L’acteur n’est pas mécontent de lui et cela se communique à ses prestations. Quand le maire qu’il incarne dit : « Peut-être est-il enfin venu le temps de la modestie », le public sent bien que ce n’est pas pour tout de suite. Et c’est pour cela qu’on aime Fabrice Luchini : on est aussi fan de son travail que lui !

Culture

Fabrice Luchini: «Je dis parfois que mon métier c’est de tapiner»

Montpellier

Montpellier: Fabrice Luchini et Pierre Soulages veulent sauver la maison du poète Joseph Delteil

1 partage