Algérie: Manifestations monstres pour le premier vendredi post-Bouteflika

Les manifestations sont quasi-ininterrompues depuis trois semaines en Algérie. — Guidoum / PPAgency/SIPA

Le centre d’Alger était bondé pour le premier vendredi de contestation depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika, les manifestants criant leur refus de toute implication de ses anciens fidèles dans la transition politique.

Difficile à évaluer précisément en l’absence de chiffres officiels, la mobilisation était massive dans la capitale peu après le démarrage du cortège en début d’après-midi, au moins aussi importante que celles des vendredis précédents, déjà jugées exceptionnelles.

Des manifestations partout dans le pays

Des manifestations très importantes sont également en cours à Oran et Constantine (2e et 3e villes du pays), ainsi qu’à Batna (300 km au sud-est d’Alger), selon les images retransmises par la télévision nationale.

Le site d’information TSA (Tout sur l’Algérie) fait également état de manifestations à Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira, les principales villes de la région de Kabylie, à l’est d’Alger.

Le clan des « 3B »

Les protestataires appellent notamment au départ des « 3B », Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaiz et Noureddine Bedoui, trois hommes-clés de l’appareil mis en place par Abelaziz Bouteflika et à qui la Constitution confie les rênes du processus d’intérim d’une durée de trois mois.

Les manifestants veulent le départ de l’ensemble du « système » au pouvoir et la mise sur pied d’institutions de transition, à même d’engager des réformes et d’organiser des élections libres pour choisir un successeur à Abelaziz Bouteflika.

Monde

Algérie: Après la démission de Bouteflika, la population dans la rue pour un 7e vendredi consécutif

1 partage