Alerte neige et verglas pour 11 départements du nord et du centre

L’hiver est de retour. Météo-France a émis une alerte neige et verglas pour onze départements, de jeudi soir à samedi matin « au plus tôt », du nord au centre du pays, où les agriculteurs redoutent l’arrivée d’un gel meurtrier pour les jeunes pousses. Jeudi soir, l’alerte « orange » de l’organisme de prévisions météorologiques, qui appelle à une vigilance extrême, concernait le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, la Creuse, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, la Loire, le Calvados, la Seine-Maritime, l’Eure et l’Orne.

Face au « front froid » venu de Scandinavie qui traverse le pays et fait chuter les températures, certains départements ont suspendu les transports scolaires et interurbains, tandis que les agriculteurs se préparaient à une première nuit de veillée d’arme, dans la crainte de l’arrivée de gel dans la foulée de la neige. Dans le Pas-de-Calais, la préfecture a décidé de suspendre les transports scolaires vendredi entre 00H00 et 14H00. La circulation des véhicules de plus de 7,5 tonnes sera également interdite sur l’ensemble des axes routiers du département, sauf les autoroutes.

« Peu habituel »

Plus largement, la région Hauts-de-France a suspendu les transports scolaires et interurbains par autocar qu’elle organise sur une large partie de son territoire. La vitesse sera aussi limitée par endroits vendredi, jusqu’à 14H00, sur des portions d’autoroutes et de routes nationales.

A Grande-Synthe et à Calais, des gymnases et hangars ont été ouverts pour mettre à l’abri temporairement les migrants qui se trouvent sur le littoral dans l’espoir de passer en Angleterre. L’association Utopia56 a déploré sur son compte Twitter qu’à Calais, 20 personnes aient été refusées à l’entrée d’un hangar mis à disposition pour les trois prochaines nuits car elles s’y étaient présentées peu après l’heure limite de 18H30.

Cet épisode neigeux, qualifié par Météo-France de « peu habituel pour un début de printemps », va d’abord concerner le nord de la France dans la nuit de jeudi à vendredi, avant de se décaler vers le centre, accompagné par endroits d’un vent fort « accentuant la sensation de froid ».

Les agriculteurs inquiets

Selon leur ampleur, la chute des températures – jusqu’à -9°C prévus dans le Massif central – et le gel font peser un risque sur les cultures dont le réveil végétatif a été favorisé par la récente période de douceur. « Tous les agriculteurs sont sur le pont », a déclaré à l’AFP Christiane Lambert, présidente du syndicat agricole majoritaire FNSEA.

« Beaucoup ont anticipé en lançant l’aspersion de leurs vergers », c’est-à-dire en « pulvérisant de l’eau pour qu’une fine pellicule de glace se forme autour des bourgeons, qui resteront à 0°C, protégés comme dans un petit igloo, en attendant le réchauffement des températures », a-t-elle expliqué.

D’autres ont acheté des braseros, notamment pour maintenir une température acceptable dans les vignobles. « Ce qui est plutôt positif c’est que la végétation est moins avancée que l’année dernière, mais tout va dépendre du niveau de la chute des températures », a-t-elle ajouté.

En Bourgogne, où Chablis a été très touché l’an dernier, les vignerons ne prévoient pas de sortir les bougies, sauf à Puligny et Meursault, où les chardonnay ont déjà bien débourré et où l’on prévoit de les allumer si besoin vers 4h du matin dimanche et jusqu’à lundi matin. Météo-France met en garde contre le risque de gelées matinales à partir de samedi matin et jusqu’à lundi, sur la plupart des régions françaises en plaine sauf sur le littoral.