Air France envisage de supprimer 7.500 postes d’ici fin 2022 selon les syndicats de la compagnie

Les avions d’Air France cloués au sol à l’aéroport de Roissy – Charles de Gaulle durant la crise sanitaire. — Jacques Witt/SIPA

La baisse du trafic aérien continue à faire des ravages. Ce vendredi, la direction d’ Air France doit présenter aux syndicats de la compagnie un « plan de reconstruction » pour faire face aux conséquences de la crise du coronavirus. En amont de ces annonces cruciales, les organisations syndicales ont indiqué dès ce mardi que 7.500 suppressions de postes étaient envisagées d’ici fin 2022.

Elles concerneraient 6.560 des 41.000 salariés de la compagnie tricolore et plus de 1.000 au sein de la compagnie régionale Hop ! Ces suppressions devraient passer par environ 3.500 départs naturels non remplacés et par des départs volontaires pour l’essentiel. Mais des départs contraints ne seraient pas non plus exclus pour le personnel du réseau court-courrier.

37 % des effectifs de Hop !

Ces informations alarmantes avaient déjà filtré sur les mesures prises pour Hop !, dont 37 % des effectifs seraient concernés par ce plan.

Dans un courrier commun, plusieurs syndicats ont indiqué lundi s’opposer « au fait que les milliards d’euros d’aides au groupe Air France puissent déboucher sur une destruction massive d’emplois dans le groupe Air France, ainsi que sur une déstructuration des périmètres industriels respectifs ». Ils ont demandé à être reçus par leur PDG, Benjamin Smith. Ce dernier avait annoncé fin mai la réduction du réseau français de 40 % d’ici à la fin 2021.

La compagnie a reçu un soutien financier de 7 milliards d’euros, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêts directs, de l’Etat français, actionnaire. En échange, il avait demandé au groupe franco néerlandais d’améliorer sa rentabilité et son impact environnemental.

Bordeaux

Bordeaux : La navette aérienne Air France vers Paris-Orly ne repartira certainement pas

Économie

Coronavirus : Les Pays-Bas apportent une aide de 3,4 milliards d’euros à Air France-KLM

1 partage