Affaires au sein la FFF : La ministre des Sports lance un audit sur le pilotage de la Fédération

Après la publication par le magazine So Foot d’une enquête pointant de nombreux dysfonctionnements au sein de la Fédération Française de Football, Amélie Oudéa-Castera avait prévenu, dans Le Parisien du jour, qu’elle ne recevrait pas Noël Le Graët et Florence Hardouin « pour prendre le thé ». A l’issue de cet échange avec le président et la directrice générale de l’institution, vendredi matin, la ministre des Sports a décidé d’engager « une mission d’audit et de contrôle » au sein de la 3F.

« La ministre a rappelé qu’il était impératif que la FFF poursuive ses activités dans le respect absolu de tous les salariés, quel que soit leur niveau hiérarchique, et en veillant activement à la prévention et à la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences, notamment sexistes et sexuelles », est-il écrit dans un communiqué publié dans la foulée de cette entrevue. Noël Le Graët s’est engagé à transmettre tous les rapports produits récemment, « notamment ceux ayant trait à sa gouvernance et à son management ».

Coups bas et luttes de pouvoir

L’enquête du magazine, parue le 8 septembre, évoquait notamment, sur la foi de témoignages anonymes, l’envoi de SMS à caractère sexuel à des employées de la FFF par le dirigeant breton. Dans un article publié jeudi, le journal Le Monde décrivait pour sa part une Fédération lézardée de partout, où coups bas et luttes de pouvoir rendent l’atmosphère invivable.

« Plus encore que les autres, la FFF, première Fédération de France avec ses deux millions de licenciés, a un devoir d’exemplarité en matière d’éthique et d’intégrité sportive et sociétale », a rappelé Amélie Oudéa-Castera aux deux dirigeants. L’audit sera réalisé par l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR).