Affaire Pogba : « J’avais peur », les déclarations du champion du monde aux enquêteurs

it à l’On en sait un peu plus sur l’enquête « penalty », le nom donné par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre le crime organisé à l’enquête ouverte pour tentative d’extorsion dont Paul Pogba a été victime. Selon Le Monde, le milieu de terrain de l’Equipe de France a raconté aux enquêteurs qu’il avait été conduit par plusieurs amis d’enfance originaires de sa cité en Seine-et-Marne, jusqu’à un appartement de Chanteloup-en-Brie, une commune voisine. La scène se déroule le 19 mars dernier, en marge d’un rassemblement de l’équipe de France, alors qu’il devait normalement rejoindre son hôtel à Paris.

Dans cet appartement, où Paul Pogba a eu obligation d’éteindre son téléphone, deux hommes cagoulés et armés débarquent et le mettent en joue. Un de ses « amis » qui l’a conduit à l’appartement, Roushdane K. demande alors la somme de 13 millions d’euros au footballeur pour la protection que lui et son frère Machikour K., lui auraient assuré depuis plusieurs années. Dont 3 millions en espèces. Ce soir-là, les quatre personnes mises en examen vendredi dernier, en plus de son frère Mathias Pogba incarceré, sont présentes dans l’appartement. Mais trois d’entre eux auraient quitté les lieux avant l’arrivée des deux hommes armés.

« Je leur ai dit que j’allais payer »

« J’avais peur. Les deux gars ont rebraqué leurs armes sur moi. Du coup, en étant braqué ainsi sous la menace, je leur ai dit que j’allais payer. Ils criaient : “Ta gueule, baisse les yeux”. L’un des deux cagoulés a parlé à l’oreille de Roushdane. Quand les gars cagoulés repartent, Roushdane m’a dit qu’il fallait que je les paye, sinon on était tous en danger. Roushdane a expliqué que ce qui venait de se passer, c’est normal lorsqu’on est un joueur de foot connu. Mais que je devais payer car en plus, lui s’était porté garant », a raconté Paul Pogba aux enquêteurs, selon Le Monde.

Le milieu de terrain de la Juventus a tenté de payer les sommes réclamées, mais sa banque s’y est opposée devant le caractère suspect de la demande. Il a tout de même versé 100.000 euros en espèce à l’un des mis en examen, et a assuré aux enquêteurs avoir signé en document dans lequel il s’engageait à financer des investissements dans la cryptomonnaie par un virement vers une société. Il a également demandé à sa banque italienne de virer 13 millions sur un compte à Dubaï pour effectuer le transfert, avant de changer d’avis.

Des interrogations sur la tête pensante

Selon l’enquête, dont Le Monde a pris connaissance, Paul Pogba s’est bien fait voler 200.000 euros par son homme de confiance lorsqu’il était encore en Angleterre. Et des virements de plusieurs dizaines de milliers d’euros ont été réalisés vers deux suspects mis en examen vendredi.

L’enquête avance aussi que parmi les personnes mises en examen, plusieurs expliquent avoir subi des pressions : menaces par trois individus cagoulés pour l’un, incendie de son véhicule pour un autre, ou encore balle dans la main pour un troisième, quand Mattias Pogba, le frère du footballeur star, accompagné de deux suspects, ont été mis en joue fin juillet. Ce qui interroge les enquêteurs sur la véritable tête pensante derrière toute cette histoire.