Affaire Lola: la sœur de Dahbia placée en rétention pour être expulsée

L’affaire de la petite Lola continue de susciter l’émoi en France. Victime d’un odieux crime, la petite fille de 12 ans a sauvagement été violée, torturée et assassinée dans le 19ᵉ arrondissement de Paris. Peu de temps après cet horrible acte, la police française a pu interpellé la principale suspecte, Dahbia Benkired, une Algérienne âgée de 24 ans en situation irrégulière sur le territoire français.

Après plusieurs rebondissements, depuis quelques jours les médias français ont révélé l’arrestation de la sœur aînée de Dahbia, la principale suspecte du meurtre de Lola, pour « absence de titre de séjour » juste après sa garde à vue dans le cadre de l’enquête. Elle a été placée en centre de rétention en vue d’être expulsée.

La sœur de Dahbia B. sera-t-elle expulsée vers l’Algérie ?

En effet, Selon le média français « Le Journal du dimanche » cite France info qui rapporte que Friha, la sœur ainée de Dahbia Benkired, a été placée dans un centre de rétention administrative. L’aînée de la meurtrière présumée de Lola avait été placée en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de l’adolescente de 12 ans, dont le corps a été retrouvé dans une malle dans le 19e arrondissement de Paris le 14 octobre. Si Friha B. est ressortie de sa garde à vue sans poursuites, elle n’a pas tardé à être arrêtée pour « absence de titre de séjour ».

La sœur de la principale suspecte avait assuré travailler dans une boulangerie de la région parisienne au moment des faits. Elle ne faisait donc pas l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

L’appartement de la sœur de Dahbia serait le lieu du crime

Selon la même source Friha B. vivait, dans la même résidence que la famille de la défunte victime, dans un appartement au 19ème arrondissement de Paris, et ou se serait produit l’effroyable crime de la petite Lola. Elle hébergeait justement sa sœur Dahbia B. à cette période. Précisant aussi que c’est chez elle, que le drame se serait produit La jeune femme de 26 ans a ainsi été placée, le 19 octobre dernier, dans un centre de rétention en vue d’une expulsion vers l’Algérie.

Il est à noter que selon la procureure chargée du dossier.  Dahbia B. aurait indiqué avoir « entraîné la victime jusqu’à l’appartement de sa sœur », par la suite elle aurait imposé à Lola « de se doucher avant de commettre sur elle des atteintes à caractère sexuel et d’autres violences ayant entraîné la mort », avait encore détaillé la procureure. Le corps de Lola avait ensuite été retrouvé dans une malle devant l’immeuble.