Affaire « Jacquie et Michel » : Le patron du site pornographique mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Il y a deux ans, des jeunes femmes avaient commencé de témoigner auprès du site Konbini puis de 20 Minutes. Vendredi soir, le propriétaire du site pornographique « Jacquie et Michel », Michel Piron, a été mis en examen vendredi pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée, et placé sous contrôle judiciaire, a appris l’AFP lors d’une audience publique devant le juge des libertés et de la détention (JLD).

Trois autres hommes – un ancien acteur et deux anciens réalisateurs – ont également été mis en examen dans ce dossier, pour viols, complicité de viol, proxénétisme en bande organisée et traite d’être humain en bande organisée. L’un d’eux, placé en détention provisoire, est aussi poursuivi pour complicité de viol avec acte de torture et de barbarie. Sur les deux autres, l’un a été incarcéré en attente d’un débat différé sur sa détention, et l’autre placé sous contrôle judiciaire. L’épouse de Michel Piron, interpellée en même temps que son mari mardi, a pour sa part été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté et est donc ressortie libre vendredi du tribunal judiciaire de Paris.

« Le groupe Jacquie et Michel regrette sept scènes litigieuses »

Dans un communiqué, Me Nicolas Cellupica, avocat du groupe Arès, présidé par Michel Piron et détenteur du site pornographique, a affirmé qu’il était reproché à son client « des faits – contestés – concernant une seule plaignante, en 2013 ». « L’infraction de proxénétisme n’a pas été retenue à son encontre », ajoute-t-il, annonçant par ailleurs que le dirigeant avait décidé de quitter le groupe le temps de cette procédure.

« Le groupe Jacquie et Michel acquiert et diffuse des milliers de vidéos par an réalisées par des producteurs indépendants et regrette profondément que 7 scènes litigieuses aient pu être tournées parmi celles-ci, sur les 20 dernières années », souligne-t-il.