Affaire Grégory : Une enquête ouverte après des courriers « menaçants » adressés à Murielle Bolle

Murielle Bolle, le 2 décembre 1994 à Dijon. — CHESNOT/SIPA

Une enquête a été ouverte après une plainte de Murielle Bolle, au cœur de l’enquête sur la mort de Grégory Villemin en 1984, pour des « courriers menaçants » reçus fin 2019 au moment de la diffusion par Netflix d’une série sur l’affaire, a indiqué ce mardi le parquet d’Epinal.

Murielle Bolle, 50 ans, qui vit toujours dans les Vosges, a déposé une plainte à la gendarmerie de Bruyères le 21 décembre après avoir reçu « quatre courriers » comportant « notamment des propos menaçants », détaille dans un communiqué le procureur, Nicolas Heitz. « Il était également dessiné dans une des deux lettres un réveil et écrit sur deux d’entre elles « Tic Tac » à plusieurs reprises », précise-t-il.

« Elle fait face, mais elle s’inquiète »

Ces courriers ont été « adressés à son attention et postés au domicile de son ex-conjoint, entre le 30 novembre et le 9 décembre 2019 », ajoute le procureur qui a ouvert « une enquête préliminaire du chef de menaces de délits contre les personnes ». Les investigations ont été confiées à la gendarmerie de Saint-Dié-des-Vosges.

« Tant qu’on va continuer à la harceler en reprenant les accusations dont l’enquête n’a pas démontré la pertinence, on sera dans cette situation », a dénoncé son avocat, Jean-Paul Teissonnière, en faisant référence à la diffusion fin 2019 d’une série documentaire sur Netflix et l’annonce récente par TF1 d’une adaptation en fiction de la mort du garçonnet. « C’est une combattante, quelqu’un de courageux donc elle fait face, mais elle s’inquiète », a souligné Me Teissonnière. L’avocat a aussi pointé « le discours des Villemin qui, sous l’apparence de calmer les choses par rapport à Murielle Bolle, ne fait qu’attiser de vieux foyers ».

Grégory Villemin, 4 ans, avait été retrouvé pieds et poings liés le 16 octobre 1984, dans la Vologne. Alors âgée de 15 ans, Murielle Bolle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d’avoir enlevé le petit garçon, lors d’une garde à vue à la gendarmerie, puis devant le juge d’instruction, Jean-Michel Lambert, avant de se rétracter. La justice a annulé la semaine dernière la garde à vue de l’adolescente, ainsi que quelques pièces du dossier, mais pas des déclarations faites auparavant aux gendarmes ni son interrogatoire ultérieur devant le juge Lambert.

Justice

Affaire Grégory : La cour d’appel de Paris annule la garde à vue de Murielle Bolle de 1984

Justice

Garde à vue de Murielle Bolle annulée : Que va devenir l’enquête sur la mort du petit Grégory ?

92 partages