Affaire Epstein : Abandon des poursuites contre les gardiens de prison du financier mort en 2019

La décision ne va pas calmer les doutes et les théories du complot sur la mort de Jeffrey Epstein, retrouvé pendu dans sa cellule au matin du 10 août 2019, quelques jours avant son procès pour crimes sexuels. L’autopsie avait alors conclu à un suicide par pendaison. Dans une ordonnance judiciaire du tribunal fédéral de Manhattan, rendue publique jeudi, le procureur Damian Williams a signé « l’abandon des poursuites » contre Tova Noel et Michael Thomas. Les deux gardiens étaient accusés de ne pas avoir fait leurs rondes de surveillance dans la nuit du 9 au 10 août 2019 et d’être restés à leur bureau, rivés sur internet.

Le ministre américain de la Justice de l’époque, William Barr, avait dénoncé de « graves » dysfonctionnements dans cette prison réputée sûre, où Epstein était détenu depuis son arrestation en juillet 2019 et poursuivi pour crimes sexuels, notamment contre des jeunes filles. L’arrestation du financier multimillionnaire de la jet-set américaine avait déclenché un scandale mondial, dévoilant un réseau de prostitution dont auraient profité de nombreux hommes fortunés et puissants sur la scène internationale. Le prince Andrew, fils d’Elisabeth II, est notamment cité dans l’affaire.

Documents falsifiés

L’abandon des poursuites contre les deux gardiens coïncide avec le jugement de l’ex-compagne du financier, Ghislaine Maxwell, reconnue coupable d’une série de crimes sexuels, en particulier le plus grave : le trafic de jeunes filles mineures entre 1994 et 2004, au bénéfice d’Epstein. Plus troublant, dans son ordonnance de classement, le procureur de Manhattan rappelle et reconnaît que les deux gardiens avaient « volontairement » et « en connaissance de cause » falsifié des « documents » pour faire croire qu’ils avaient fait leurs rondes cette nuit-là.

A l’époque, le directeur de la prison, le Metropolitan Correctional Center, avait été muté et les deux agents suspendus. Dans le cadre de leur accord avec la justice, Tova Noel et Michael Thomas ont été simplement contraints à des travaux d’intérêt général, selon l’ordonnance.