Affaire Bruno Martini : La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra est « profondément choquée »

Comme elle l’a fait à plusieurs reprises au sujet de Noël Le Graët, Amélie Oudéa-Castéra n’a pas mis longtemps à réagir à l’affaire Bruno Martini, poursuivi pour « corruption de mineur » et « enregistrement d’images pédopornographiques ». La ministre des sports a indiqué sur son compte Twitter être « profondément choquée » par ces graves accusations auxquelles doit répondre le président de la Ligue nationale de handball (LNH), âgé de 52 ans.

« Les instances du handball se sont rapidement mobilisées et se réunissent ce mercredi à 13 heures autour d’un comité directeur exceptionnel de la LNH, en présence de la Fédération française de handball, précise la ministre des sports. J’ai pleinement confiance dans le fait qu’elles prendront toutes les décisions qui s’imposent, tant sur le plan des sanctions disciplinaires que sur le futur de la gouvernance. »

Amélie Oudéa-Castéra conclut son message par « une pensée très émue pour le garçon et sa famille », qui ont « tout son soutien ». La victime est un adolescent (âgé de 13 ans au moment des faits, à l’été 2020), que Bruno Martini a reconnu, devant les enquêteurs, avoir approché sur un réseau social, tout en précisant qu’il pensait que celui-ci avait plus de 15 ans. Après deux jours de garde à vue, l’ancien gardien de but de l’équipe de France a été laissé libre, et il pourrait plaider coupable avant sa comparution. Une peine inférieure à cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende lui seraient dans ce cas proposés.