Aéroport de Nantes: Piste en V, piste transversale, allongement au sud…Quelles sont les options sur la table?

Un avion sur la piste de l’aéroport Nantes-Atlantique (illustration). — JS Evrard/Sipa

  • La concertation publique préalable au réaménagement de Nantes-Atlantique est ouverte jusqu’au 31 juillet.
  • Le sujet de la piste est le plus sensible car les nuisances sonores en dépendent.
  • Plusieurs options sont mises sur la table par la DGAC.

La concertation publique préalable au réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique est ouverte depuis lundi après-midi. Jusqu’au 31 juillet, les habitants sont invités à donner leur avis sur les hypothèses envisagées par la direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour améliorer, d’ici à 2040, le fonctionnement d’une plateforme déjà au bord de la saturation. Plusieurs options sont sur la table concernant l’aérogare, les vols de nuit ou les évolutions de la piste. Ce qu’il faut savoir concernant ce dernier point, de loin le plus sensible compte tenu de l’impact sur les nuisances sonores.

Le scénario de base, le minimum

Dans son dossier, la DGAC présente une option dite de « référence », c’est-à-dire un scénario de base, avec des travaux réduits au minimum. La piste serait inchangée, seulement rénovée. Les atterrissages vers le sud, ceux qui survolent Nantes, Rezé-Trentemoult et Bouguenais-Les Couëts à basse altitude, seraient légèrement redressés dans l’axe de la piste afin de bénéficier d’un système de guidage réglementaire appelé ILS d’ici à 2021. Conséquence : les avions survoleraient davantage l’hypercentre-ville (au-dessus de l’Erdre et de la Tour Bretagne) et moins les quartiers est de Nantes. L’aérogare, elle, serait mise en conformité et les aménagements « limités ». Coût total : entre 120 et 150 millions d’euros, sachant que ce scénario ne ferait que repousser d’une dizaine d’années la menace d’une saturation.

Les nouvelles trajectoires de survol de Nantes avec un ILS. Les nouvelles trajectoires de survol de Nantes avec un ILS. – DGAC

L’allongement de la piste vers le sud

La piste actuelle serait allongée vers le sud, de 400 m ou 800 m. Objectif : permettre aux avions qui atterissent en survolant Nantes de poser les roues un peu plus loin au sol et donc de passer plus haut au-dessus des habitations. Avec un allongement de 400 m, 4.700 personnes en moins seraient ainsi exposées à un bruit supérieur à 55 db, selon la DGAC. Avec un allongement de 800 m, ce serait 6.800 personnes en moins. Le bénéfice pour la population est important mais la facture ne serait pas la même : 50 millions d’euros de plus (que le scénario de base évoqué plus haut) pour un allongement de 400 m, jusqu’à 150 millions d’euros de plus pour un allongement de 800 m. Il faudrait aussi faire quelques acquisitions foncières de terrains agricoles à Saint-Aignan-de-Grand-Lieu.

L'une des options propose d'allonger la piste de 800 m vers le sud. L’une des options propose d’allonger la piste de 800 m vers le sud. – DGAC

Une deuxième piste pour un résultat en V

L’idée serait de construire une seconde piste inclinée vers le sud-ouest. Elle permettrait aux avions en phase d’atterrissage de survoler l’est de l’agglomération, grosso modo en longeant la Loire, plutôt que le centre-ville de Nantes. Cela représenterait 2.400 personnes en moins exposées au bruit, même si Rezé serait davantage impactée. La piste actuelle serait conservée pour les atterrissages vers le nord. Problèmes : c’est cher (de 250 à 300 millions de plus que le scénario de base) et il faudrait porter atteinte à 15 hectares de zone humide et déplacer un segment de la voie ferrée Nantes-Pornic. L’hypothèse semble, malgré tout, avoir de plus en plus de partisans.

L'une des options serait de construire une seconde piste orientée vers le sud-ouest. L’une des options serait de construire une seconde piste orientée vers le sud-ouest. – DGAC

Une nouvelle piste transversale

Cette seconde piste d’atterrissage serait perpendiculaire à la piste actuelle, laquelle ne servirait plus qu’en cas d’urgence. Son principal intérêt est d’éviter des nuisances sonores à une large partie l’agglomération nantaise : 10.700 personnes en moins exposées à plus de 55 db ! Les habitants de Bouaye et Pont-Saint-Martin, en revanche, perdraient au change. Les contraintes écologiques seraient aussi nombreuses. Les acquisitions foncières importantes. L’impact paysager « très fort ». Et le coût est énorme : de 300 à 350 millions d’euros de plus que le scénario de base.

L'option la plus onéreuse est de bâtir une nouvelle piste transversale est-ouest. L’option la plus onéreuse est de bâtir une nouvelle piste transversale est-ouest. – DGAC

Société

Aéroport de Nantes: Des élus demandent «la maîtrise du trafic aérien» pour «protéger les habitants»

Comment participer à la concertation sur l’aéroport?

Toutes les infos sont à retrouver sur le site Internet de la concertation publique: https://www.reamenagement-nantes-atlantique.fr. Des atleirs participatifs (sur inscription) sont également prévus, de même des rencontres et des permanences dans les communes de Bouaye, Bouguenais, La Chevrolière, Les Sorinières, Nantes et Pont-Saint-Martin. Le dossier de concertation est aussi consultatble dans toutes les communes riveraines.

1 partage