Adolescent poignardé à Thiais : Quatre mineurs mis en examen et écroués

Quatre mineurs ont été mis en examen mercredi pour homicide volontaire en bande organisée et tentative d’homicide volontaire en bande organisée pour leur participation à la rixe qui a coûté la vie lundi à un jeune de 16 ans à Thiais (Val-de-Marne), a indiqué le parquet de Créteil. Ces adolescents, originaires de Choisy-le-Roi et âgés de 15 et 16 ans, ont ensuite été placés en détention provisoire par un juge des libertés et de la détention, conformément aux réquisitions du parquet.

Deux d’entre eux « sont désignés soit par des témoins, soit par la victime blessée, comme étant les auteurs de coups de couteau sur les deux victimes », avait indiqué mardi le parquet. L’un de ces coups, mortel, a touché le jeune Tidiane près du coeur. L’autre a été porté au niveau de la cuisse d’une autre victime, dont les jours ne sont pas en danger. Deux couteaux ont été retrouvés par les enquêteurs près du lieu du crime.

Rivalité entre deux cités

Cette violente agression, lundi matin devant le lycée Guillaume Apollinaire de Thiais, s’est déroulée dans un contexte de rivalité entre deux cités de Thiais et de Choisy-le-Roi, deux villes voisines du Val-de-Marne, au sud de Paris.

Selon une source proche du dossier, le frère d’un des mis en examen aurait été frappé au début du mois lors d’une rixe. Cette agression pourrait être le motif de la rixe de lundi, qui serait une vengeance.

L’un des quatre jeunes écroués mercredi soir est notamment connu de la justice pour une série de faits de violences aggravées qui lui valent une mise en examen dans une affaire distincte, datant de 2021. Il était placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à Thiais.

Marche blanche samedi

Une marche blanche en hommage au jeune Tidiane sera organisée samedi. Ce dernier était inconnu de la justice, avait précisé lundi le procureur de Créteil, Stéphane Hardouin.

La région parisienne est le théâtre régulier d’affrontements parfois très violents entre jeunes de quartiers ou de villes rivales, même si l’origine de ces rivalités reste souvent nébuleuse.

A Paris et dans les départements limitrophes de la petite couronne, les autorités ont recensé au moins trois morts et 279 blessés pendant des affrontements entre bandes en 2022.