« 20 Minutes » a 20 ans : Vous souvenez-vous ? Le 29 mai 2013, c’est le premier mariage homo en France

2013, le 29 mai. Penchée sur son registre, l’officière d’Etat civil ne parvient pas à retenir ses larmes, étranglée par l’émotion d’unir, pour la première fois en France, deux hommes : Vincent Autin, un militant de la cause homosexuelle de la première heure, et Bruno Boileau, son compagnon. Comme elle, dans la salle des rencontres de l’hôtel de ville de  Montpellier (Hérault), tout le monde sait qu’il vit un  moment d’Histoire.

Même nous, journalistes, serrés sur une estrade, sommes partagés entre l’envie de vivre cet instant pleinement, pour en parler à nos petits enfants, et celle d’en rendre compte dans nos journaux respectifs. Pour moi, 20 Minutes. L’œil dans le viseur de mon appareil photo, je ressens, à chaque mot qui résonne dans cette salle, à chaque geste, un frisson me parcourir. « Ce soir, une discrimination est tombée », clame Hélène Mandroux, la maire, qui milite depuis des années pour que cette union soit possible.

« Tu l’as eu ? Tu l’as eu ? »

C’est l’heure de l’échange des consentements. Tout le monde retient son souffle. Au micro, les deux Montpelliérains s’échangent un « Oui » bref. Mais historique. Puis un baiser. Symbolique. Il me le faut, absolument. Je saisis mon appareil photo, et j’ai juste le temps de capter l’instant. J’enrage, la photo est un peu floue. Autour de moi, tous les photographes ont le nez sur leurs appareils, pour être sûrs d’avoir été à la hauteur de ce bisou mémorable. « Tu l’as eu ? Tu l’as eu ? », s’interrogent certains.

Lors du premier mariage entre deux personnes du même sexe, à Montpellier, le 29 mai 2013
Lors du premier mariage entre deux personnes du même sexe, à Montpellier, le 29 mai 2013 – N. Bonzom / Maxele Presse

Aussitôt, sur mon petit carnet, je griffonne les premiers mots des mariés. « L’amour a triomphé sur la haine, s’exclame Vincent Boileau-Autin, devant les invités et les journalistes. Il faut s’aimer, dans notre société, elle est suffisamment difficile. » A l’extérieur, sur le parvis de la mairie, un millier de personnes exulte, et réclame de voir les mariés. Le couple s’élance, sur la terrasse, et salue la foule, tel un couple princier.

Une foule est venu saluer les premier mariés homosexuels, le 29 mai 2013, à Montpellier
Une foule est venu saluer les premier mariés homosexuels, le 29 mai 2013, à Montpellier – N. Bonzom / Maxele Presse

J’en aurais presque oublié, ce jour-là, les craintes que cette première union entre deux hommes avait suscitées, à Montpellier. Finalement, rien, ou presque, n’a troublé la fête. Après un appel anonyme menaçant, des fouilles ont été menées à la mairie. En vain. Un opposant, qui avait allumé un fumigène, a été ceinturé par l’imposant service de sécurité. Sans difficulté. Seuls les pleurs d’un bébé ont couvert, l’espace d’un instant, les mots d’Hélène Mandroux. Un mariage comme un autre, finalement.