« Une visite partisane », « une erreur politique »: le monde politique belge réagit au voyage controversé de quatre députés MR

Une visite qui pose d’autant plus question qu’une partie de celle-ci s’est déroulée à Laâyoune, ville la plus importante du Sahara occidental et située dans une région considérée comme un “territoire non autonome” par l’ONU.

Le douteux voyage, payé par le Maroc, de quatre députés MR au Sahara occidental

Dans une actualité déjà marquée par de nombreux scandales, cette nouvelle polémique passe mal. Et l’information a fait réagir le monde politique belge.

François De Smet, président de Défi, a ainsi critiqué la situation et pointé du doigt le (non) rôle joué par la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, également membre du MR. “Et donc, des parlementaires se rendent, aux frais du Maroc, dans le Sahara occidental, territoire dont l’annexion n’est pas reconnue par la Belgique. La ministre MR des affaires étrangères approuve-t-elle un tel déplacement, qui met notre diplomatie complètement en porte-à-faux ?”, écrit ainsi François De Smet sur Twitter.

Une autre personnalité politique a fustigé cette affaire sur les réseaux sociaux. John Pitseys, chef de groupe Écolo devant le Parlement bruxellois, commente ainsi : “La visite au Maroc des parlementaires MR n’est pas une mission parlementaire. C’est une visite de parti, une visite partisane qui assume une dimension de diplomatie parallèle. C’est aussi à ce titre qu’elle représente une erreur politique.”

Un autre écologiste a réagi, en la personne du député Guillaume Defossé. Celui-ci fait également part de sa stupeur. « Si des députés se font offrir un voyage comme les quatre libéraux bruxellois, est-ce que quand ils s’expriment, c’est toujours le parti ou c’est le Maroc? Comment interpréter maintenant le soutien exprimé par certains MR au « plan d’autonomie » du Maroc pour le Sahara occidental? », s’interroge le député, qui ajoute dans un autre tweet que « la fausse naïveté a ses limites ».