« Une indexation défiscalisée »: que signifie cette mesure prônée par David Clarinval pour sortir les Belges de la crise

David Clarinval a du pain sur la planche ces derniers temps. Le vice-premier ministre MR et ministre des classes moyennes était l’invité de RTL afin d’évoquer la crise énergétique qui touche tous les Belges. Les travailleurs sont notamment fortement impactés par cette flambée des prix.

Selon lui, les dernières nouvelles provenant d’Ukraine ne vont pas dans le bon sens. « Les déclarations de Poutine, mercredi, ne sont pas de nature à nous rassurer », a-t-il commencé. « Or la guerre en Ukraine est la cause principale de cette crise. Donc il est à craindre que les prix de l’énergie restent encore élevés pendant un certain temps. »

Le chef du Kremlin a en effet annoncé qu’il mobilisait 300 000 hommes pour partir au front. Ce qui a une incidence directe sur les prix liés à l’énergie. « Les chiffres économiques sont inquiétants: les prix de l’énergie sont élevés, les taux d’intérêt augmentent, l’inflation est galopante, nous sommes à l’aube d’une récession. » Economiquement, on fonce tout droit à la catastrophe. « On peut comprendre que les citoyens soient inquiets. Et 40% des entreprises de l’agroalimentaire, après la crise du covid et celle de l’énergie, sont en difficulté, alors que leurs finances étaient saines auparavant. Il y a une dégradation importante de la situation économique. »

Ce jeudi matin, David Clarinval est également revenu sur l’une des propositions du gouvernement: l’indexation défiscalisée. « Les citoyens pourront avoir leur augmentation de 10% (de salaire). En contrepartie, l’employeur ne payerait que le net et pas le brut. Il ne payerait donc pas les cotisations sociales patronales. Cela lui permettrait de donner des augmentations. Et donc, de garantir le pouvoir d’achat de ses travailleurs tout en ne payant pas la totalité de cette indexation. Il récupère également un peu de compétitivité par rapport à leur concurrent. Cela coûterait 1,2 milliard d’euros, mais cette indexation défiscalisée lui amènerait aussi des économies au niveau des salaires de ses travailleurs. »

Problème: beaucoup d’argent n’ira pas dans les caisses de la sécurité sociale. En d’autres termes, convaincre les partis de gauche va être difficile. Le Parti Socialiste en tête.