Une enquête ouverte après l’utilisation du média russe Sputnik dans une épreuve du CE1D : « Une faute inadmissible »

L’une des sources d’un document portant sur la technologie était en effet le média d’État russe banni de l’Union européenne depuis l’invasion de l’Ukraine. « La référence à un organe de presse propagandiste russe dans une épreuve constitue une faute inadmissible », estime le cabinet de la ministre. « Dès qu’elle en a pris connaissance, elle a donné instruction à son administration d’ouvrir une enquête sur ce choix et de prendre toutes les dispositions pour que pareil incident ne se produise plus jamais à l’avenir. »

Le cabinet précise que les questions, « confiées à des spécialistes de la pédagogie » ne font pas l’objet de validation politique.