Une déclaration de Conner Rousseau sur le repassage fait réagir: « Des clichés sexistes »

La sortie du président du s.pa dans De Morgen, ce samedi 27 juin, n’est pas passée inaperçue. Mais ce n’est pas tant sa volonté de faire front avec le PS qui a été retenue, que des détails sur sa vie privée. En effet, à la fin de l’entretien, le socialiste de 27 ans a donné quelques précisions sur sa façon de gérer son quotidien. Expliquant vivre chez ses parents, il a raconté ne pas être un grand adepte du repassage. « Ma mère s’en occupe, a détaillé Conner Rousseau. Je sais remplir une machine à laver, mais elle la vide et repasse. Pour le linge délicat, je vais chez ma grand-mère. J’ai d’autres préoccupations. Vous. Le parti. Le pays. Suffisamment de préoccupations. »

Des explications qui n’ont pas manqué de faire réagir. Épinglé par un journaliste de la RTBF, le passage a été largement commenté sur Twitter. La présidente des Jeunes cdH, Opaline Meunier, a notamment estimé que le président du s.pa traitait sa mère comme une « boniche », dénonçant les « clichés sexistes » exposés par Conner Rousseau. Le président libéral, Georges-Louis Bouchez, a également partagé la publication du journaliste de la RTBF pointant du doigt un « sexisme assez hallucinant ».

Mais les tensions entre les deux présidents de parti ne dateraient pas d’hier. Le torchon brûlerait ainsi depuis déjà quelques mois. C’est Conner Rousseau, lui-même, qui l’a admis dans ce même entretien à De Morgen. Le socialiste flamand a fustigé le comportement « désobligeant » de Georges-Louis Bouchez à son égard et estimé « insultant » qu’on le compare au Montois.

Quoi qu’il en soit, ces piques à répétition entre les deux hommes risquent de compliquer (encore un peu plus) la formation d’un gouvernement fédéral dans lequel le MR et la s.pa pourraient être amenés à collaborer.