Un cas d’euthanasie devant les assises: « Tine était profondément malheureuse », selon sa soeur

« Tine était profondément malheureuse », a expliqué mardi sa soeur Sophie Nys devant la cour d’assises de Flandre orientale. « J’ai vécu des tentatives de suicide et je lui ai également rendu visite lors de la plupart de ses hospitalisations. » Tine Nys a été euthanasiée le 27 avril 2010 sur la base de ses souffrances psychiques. Selon ses proches, les médecins ont mis un terme à la vie de la jeune femme avec amateurisme et n’ont pas respecté les conditions de la loi sur l’euthanasie. L’une de ses soeurs a déposé plainte en se constituant partie civile et la justice a enquêté sur l’affaire.

Interrogée par le président de la cour d’assises Martin Minnaert, Sophie Nys a raconté sa relation avec Tine, son aînée. « Il n’y avait que deux ans de différence et j’avais plus de contacts avec elle (par rapport à son autre soeur et à son frère, ndlr) », a-t-elle expliqué. « Nous étions différentes. J’aimais Prince et elle aimait Madonna, mais nous avions une relation normale. Elle n’était certainement pas mise de côté ou socialement inadaptée. »

L’adolescence de Tine a été compliquée, a témoigné sa soeur. « Ça ne s’est pas si bien passé. Il y avait un lien mère-fille difficile. De l’incompréhension, et l’approche des parents n’était pas toujours efficace. Il y a eu des vagues, des périodes où la paix n’était pas présente à la maison. Je n’ai pas appris de mes parents comment trouver les bons mots pour résoudre les problèmes. »

Concernant les tentatives de suicide, Sophie Nys a confirmé que sa soeur était « profondément malheureuse ». « J’ai vécu les tentatives de suicide et je suis allée lui rendre visite lors de la plupart de ses hospitalisations. En 1997, c’était la plus grave, je m’en souviens encore très bien. Les relations n’ont pas toujours été bonnes. Avec le premier diagnostic de trouble borderline, j’ai essayé d’accepter qu’elle se débattait avec ses sentiments, qu’elle pouvait être déprimée et toucher le fond. »