Uber Files: les relations étroites de Pascal Smet avec un lobbyiste, Boris Dilliès le « meilleur allié politique en Belgique »

Nouvelles révélations dans le cadre des Uber Files, cette vaste enquête journalistique sur base de documents internes de la société de transport rémunéré de personnes Uber. L’actuel secrétaire d’État bruxellois en charge de l’Urbanisme, Pascal Smet (Vooruit), est épinglé par Le Soir. Le quotidien a en effet mis la main sur des échanges démontrant une proximité entre un lobbyiste d’Uber et le socialiste, ministre bruxellois de la Mobilité à l’époque : rencontres, échanges très fréquents, partage d’informations, relation affective, stratégie commune…

Selon les messages des employés d’Uber, le secrétaire d’État a eu par exemple à un moment un accord de communication avec l’entreprise californienne. Uber a même soumis un projet de communiqué de presse au cabinet socialiste, un texte ensuite amendé par le cabinet.

Interrogé par Le Soir, Pascal Smet assure connaître « personnellement auparavant »le lobbyiste en chef d’Uber. « Je peux aisément dissocier les relations personnelles des relations professionnelles. »Quant au partage d’informations et de communiqués, il s’agirait ici d’une méthode pour éviter une « polarisation excessive dans la couverture médiatique ».

Dilliès, le « préféré »

Autre politicien bruxellois épinglé dans les Uber Files : Boris Dilliès, bourgmestre d’Uccle et à l’époque député et président de la Commission Mobilité du Parlement bruxellois. Le libéral est décrit par un lobbyiste d’Uber comme le « meilleur allié politique en Belgique ».

Les Files dévoilent que le Ucclois a entre autres transmis une copie de son interprétation parlementaire à la société californienne, a organisé une pétition pour « forcer le débat parlementaire » et a facilité les contacts entre Uber et le cabinet de Charles Michel (MR), Premier ministre de l’époque.

Contacté par Le Soir, Boris Dilliès dit n’avoir « aucun souvenir » de ces faits datant de la période 2012-2017. Il assure au quotidien belge n’avoir: « jamais reçu une proposition ni accepté quoi que ce soit qui sorte du cadre de ma mission et pourrait ou aurait pu me faire perdre mon indépendance ».