Trains, bus, magasins… Ce que vous devez savoir sur la grève de vendredi

BelgiqueDe nombreuses actions de grève et de grogne devraient affecter les Tec, la distribution et d’autres secteurs.

La journée de vendredi pourrait être relativement « rock n’ roll » en Belgique, en raison de la vague de mouvements de grève et d’actions diverses annoncées en différents endroits du pays, à l’initiative des syndicats.

1. Pourquoi ces actions ?

Ceux-ci ont divers motifs de grogne : la réforme des pensions envisagée par le gouvernement ne leur plaît pas, l’échec des négociations liées aux métiers pénibles leur reste sur l’estomac et la question du pouvoir d’achat les titille.

2. Qui roulera, qui ne roulera pas ?

Si le trafic ferroviaire ne semble pas devoir être très affecté, il n’en ira sans doute pas de même au niveau de la circulation des véhicules des Tec, en particulier à Liège et à Charleroi. Les bus, trams et métros de la Stib devraient, eux, circuler normalement.

3. Quid des (grands) magasins ?

De nombreuses entreprises de l’industrie alimentaire devraient être fermées vendredi ou connaître des problèmes, selon Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services. Non seulement, on annonce des piquets devant certaines enseignes, comme Ikea à Hognoul, et devant les dépôts de Colruyt à Hal et d’Intermarché à Villers-le-Bouillet, mais de nombreux travailleurs pourraient ne pas se présenter dans les magasins Carrefour, Delhaize, Cora, Mestdagh et Blokker, rendant parfois leur ouverture difficile.

4. D’autres secteurs seront-ils affectés ?

On s’attend aussi à des grèves suivies dans le secteur de la sécurité, du gardiennage et du nettoyage.

La volonté de faire grève serait très forte dans les régions de Charleroi et de Liège, où 24 heures d’arrêts de travail interprofessionnels ont été décrétées.

En Brabant wallon, en Wallonie picarde et dans le Luxembourg, on se dirige surtout vers des piquets devant différentes grandes entreprises (L’Oréal à Libramont, Ferrero à Arlon, CMI à Aubange, Volvo Cars à Gand, Asco à Zaventem, etc.).

Il est aussi question de paralyser des zonings industriels, comme ceux de Cuesmes, de Ghlin-Baudour, de Feluy, de Strépy-Bracquegnies, d’Houdeng et d’Orcq.

5. Carrefours, routes et ronds-points bloqués

On annonce des actions au rond-point de Promelles, à Nivelles et à hauteur de divers ronds-points à Mons et à Tournai. Mais également une opération escargot sur la nationale 25 entre Nivelles et Wavre.

6. Devant la FEB et l’UWE

Notons encore un rassemblement, en front commun, à 11 h, devant le siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) à Bruxelles ; un autre devant le MR de Namur à 10 h 30 ; un autre encore devant l’immeuble de l’Union wallonne des entreprises à Wavre.

7. Préavis de grève à la police

Autre curiosité : les syndicats policiers ont activé un préavis de grève pour ces jeudi et vendredi. Le personnel de la police fédérale et des polices locales a été invité à se rassembler devant les commissariats centraux de Charleroi et de Liège et de la police fédérale à Bruxelles. L’appel est issu du front commun syndical, composé de la CSC, de la CGSP et du SNPS.

Les syndicats se plaignent depuis un certain temps d’« attaques » contre le statut de policier et contre leur pension. Ils dénoncent en outre le manque de personnel et les violences dont les policiers seraient de plus en plus souvent les victimes.