Thierry Bodson (FGTB): « Les accords de gouvernement en Wallonie et en FWB ne reflètent pas le vote des citoyens »

La déclaration de politique régionale issue des négociations entre le PS, le MR et Ecolo en vue de la formation des prochains gouvernements en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) « ne reflète pas le vote des citoyens », a estimé jeudi Thierry Bodson, le secrétaire général de l’interrégionale wallonne de la FGTB.

« Est-ce que l’on va vers une autre forme de concertation qui laisse davantage de place aux travailleurs? Et est-ce que le message des électeurs a été entendu? Je pense que la réponse est plutôt non même si l’honnêteté intellectuelle nous oblige à dire que le texte, dans son ensemble, ne mérite pas d’être flingué », a-t-il expliqué.

Malgré quelques « grosses déceptions », en matière de logements notamment, et en dépit de l’absence de contacts avec les formateurs durant les négociations qui ont finalement abouti à la constitution d’une majorité arc-en-ciel, une série des revendications syndicales, dont celle portant sur la situation des publics très éloignés du marché du travail, y sont en effet reprises, a justifié le patron de la FGTB wallonne.

« Notre première priorité, c’est de vérifier que le futur gouvernement va bien changer radicalement de cap et renouer avec une réelle concertation de tous les acteurs régionaux alors que l’on sort de 2 ans de législature au cours desquelles la majorité a surtout fortement érigé les Wallons les uns contre les autres », a ajouté Thierry Bodson.

Or, si la déclaration de politique régionale, dans son introduction, parle bien ‘de rendre des forces à la concertation’, « on voit que dans la mise en place des politiques, il y a une volonté de ‘bypasser’ les syndicats et en tout cas le niveau intersectoriel » pour négocier exclusivement au sein des entreprises, ce qui correspond à une « vision de droite » du dialogue social, a-t-il poursuivi en déplorant par ailleurs « le flou » des textes et l’absence de chiffres alors que le futur gouvernement s’est engagé à revenir à l’équilibre budgétaire en 2024. « Ca, il faudra être Merlin l’Enchanteur pour y arriver », a ironisé le responsable du syndicat socialiste.

« Il y a de bonnes et de moins bonnes intentions, comme cet OVNI qui vise à étendre les titres-services à la gare d’enfants, véritable injure aux puéricultrices diplômées, mais la rédaction des articles est tellement vague que la personnalité des ministres qui seront désignés – le casting ministériel sera connu vendredi matin au plus tard, ndlr – aura plus d’importance que par le passé », a-t-il encore analysé.

Pour Thierry Bodson, enfin, « il est temps de réorienter une bonne fois pour toues les aides aux citoyens et aux entreprises ». « Evidemment, cela nécessite du courage politique, tous partis confondus, de fixer une limite à partir de laquelle on n’a plus besoin et plus droit aux aides. Et c’est valable aussi pour les aides aux entreprises. Il y a des millions à récupérer si l’on se décide à privilégier l’intérêt général plutôt que les intérêts particuliers », a-t-il conclu.