Rififi au sein du gouvernement de la FWB: Pierre-Yves Jeholet recadre la ministre Linard suite à sa sortie dans La Libre

Sur la forme, « apprendre le contenu d’une réforme d’un membre de mon gouvernement sur des enjeux aussi importants par la presse, je trouve ça pour le moins étonnant », a-t-il indiqué, dans une réaction à Belga.

Dans La Libre de ce matin, Mme Linard (Ecolo) plaide pour un accès gratuit à la crèche ou à une accueillante subventionnée quand le revenu imposable du ménage est inférieur à quelque 1.300 euros par mois. Pour les familles aux revenus moyens et plus faibles, « il y aurait une réduction visible du prix d’une place d’accueil par rapport à ce qui est aujourd’hui demandé pour les parents qui ont des revenus nets jusqu’à 4.300 euros par mois », selon la ministre. Au-delà de ce point de bascule, le tarif augmenterait pour les familles, « mais de manière très progressive ».

Cette formule n’est pas du goût de Pierre-Yves Jeholet (MR). « Nous désirons tous augmenter l’offre de places dans les crèches et trouver le prix le plus juste, mais la gratuité n’existe pas, cela n’a jamais existé, il y a toujours une personne qui la paie, a-t-il indiqué. Il ne faudrait pas que, demain, la classe moyenne, des travailleurs qui sont déjà fortement impactés par la crise énergétique, se voit amputée encore un peu plus de son pouvoir d’achat par cette fausse gratuité. »

C’est au gouvernement de financer la baisse du coût des crèches, selon la Ligue des familles

Il revient au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de financer une éventuelle baisse du coût des crèches pour les familles à faibles revenus, a réagi de son côté vendredi La Ligue des familles. Celle-ci refuse que ce soit d’autres familles qui supportent le coût d’une telle mesure.

« La diminution du coût de la crèche pour une partie importante des parents représenterait une avancée majeure, pour laquelle la Ligue des familles plaide de longue date », reconnaît l’association. Elle appelle cependant le gouvernement à consacrer les moyens nécessaires à cette mesure et à ne pas en faire peser le coût sur les autres familles. « Ce n’est pas aux parents qui gagnent chacun 2.150 euros net de financer cette mesure en payant davantage la crèche de leur enfant. »