Quelles sont les villes les plus embouteillées de Belgique? TomTom dévoile son classement

Que pourriez-vous faire si l’on vous donnait 78 heures de temps libre à consacrer à une seule activité, sans besoin de dormir ni manger ? Les amoureux de Jack et Rose pourraient regarder 24 fois de suite le Titanic de James Cameron. Les amateurs de ballon rond pourraient quant à eux se rendre à Doha en voiture pour préparer leurs vacances footballistiques lors de la prochaine coupe du monde. Tandis que les lecteurs assidus pourraient lire 2.340 des 4.200 pages d’A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, selon TomTom. Ou passer 78 heures dans les embouteillages à Bruxelles.

Le géant néerlandais, spécialisé dans la confection de logiciels et GPS pour l’industrie automobile, vient en effet de publier son bilan pour l’année 2021. Avec un constat guère surprenant : Bruxelles reste la ville la plus embouteillée du pays. Malgré une pandémie de coronavirus qui a contraint une grande partie de la population à faire du télétravail, les automobilistes ont perdu, en moyenne, près de 78 heures dans les embouteillages bruxellois en 2021. Cela signifie que le temps moyen parcouru pour un trajet dans la capitale est en moyenne de 34 % supérieur au parcours idéal. Soit celui qui se parcourt à la vitesse maximale autorisée, sans congestion automobile. « En heures de pointe, les automobilistes qui doivent effectuer un trajet de 30 minutes mettent en moyenne 17 minutes de plus », précise TomTom.

Un taux de congestion qui place désormais Bruxelles à la 52e place des villes les plus embouteillées du monde. Et première en Belgique. Anvers (59 heures perdues ; 116e ville mondiale) et Leuven (50 heures ; 192e ville mondiale) complètent ce peu enviable podium en Belgique. Suivent ensuite, dans l’ordre, Liège (48h), Gand (46h), Namur (41h), Bruges (41h), Courtrai (32h), Charleroi (29h) et Mons (29h).

Quelles sont les villes les plus embouteillées de Belgique? TomTom dévoile son classement
©TomTom Index

Des chiffres en hausse en 2021 par rapport à 2020 mais qui s’expliquent surtout par le confinement de mars à mai 2020 lors duquel, selon l’entreprise Coyote, le trafic était redescendu certains jours à 1 % du trafic habituel, notamment car les déplacements non-essentiels avaient été interdits.

Des chiffres qui sont toutefois en baisse si l’on s’attarde sur ceux de 2019, dernière année de référence d’avant-covid en matière de mobilité. Le taux de congestion moyen – soit le temps supplémentaire par rapport à un trajet normal – enregistré à Bruxelles cette année-là était de 38 %, contre 34 % en 2021.

À noter enfin que Mons, qui était passée deuxième au niveau des villes les plus embouteillées de Belgique en 2019, retrouve une dixième place plus enviable dans le classement TomTom en 2021. Il faut dire que la cité du Doudou avait vu ses chiffres être biaisés par les importants travaux sur l’E42 qui avaient nécessité le passage sur une seule bande sur toute la traversée de Mons, ainsi que par l’accident d’un camion-citerne transportant des produits chimiques, lequel avait nécessité la fermeture complète de l’autoroute durant plus de 24 heures, renvoyant tout le trafic sur le réseau secondaire.

Bruxelles n’est pas la plus à plaindre

Si la capitale bruxelloise trône, très logiquement, en tête du classement belge, elle ne figure pour autant qu’à la 52e place des villes les plus embouteillées du monde. A ce petit jeu, c’est la ville d’Istanbul qui truste la première place avec un taux de congestion moyen de 68%. En d’autres termes, un trajet habituellement réalisé en 30 minutes sur une route déserte y prend en moyenne 50 minutes. En heure de pointes, ce même trajet effectué par les Stanbuliotes prend en moyenne 1h et 4 minutes. Au classement des villes les plus embouteillées, Istanbul se situe devant la capitale russe de Moscou et son homologue ukrainienne de Kiev.

A l’inverse, tout en bas du classement, c’est La Mecque, en Arabie Saoudite, qui est désignée la ville la moins embouteillée du monde – sur les 404 analysées par Tom Tom – avec un taux de congestion moyen d’à peine 7%. Chaque année, un seul jour semble problématique : celui du pèlerinage musulman. Mons et Charleroi, meilleures villes belges analysées par TomTom, se placent au 25e rang des villes les moins embouteillées du monde.

Quelles sont les villes les plus embouteillées de Belgique? TomTom dévoile son classement
©TomTom Index