PS et Open VLD à couteaux tirés à quelques heures d’un kern sur la réforme des pensions: « C’est Alexander De Croo qui a toujours reporté la négociation »

Le Premier ministre et ses vices-Premier doivent se réunir ce jeudi soir à 19h30. Au menu de ce kern qui se présage comme explosif, la fameuse réforme des pensions attendue depuis plusieurs mois.

Sur ce dossier, socialistes et libéraux portent une vision radicalement différente. Ce clivage s’est manifesté ce matin par presse et réseaux sociaux interposés.

C’est Eva De Bleeker qui a lancé les hostilités. Dans Le Soir et De Standaard, la secrétaire d’Etat au Budget torpille les projets de réforme du travail et des pensions attendus des ministres socialistes, à savoir Pierre-Yves Dermagne (Emploi) et Karine Lalieux (Pensions). Des réformes qui conditionnent l’octroi des aides européennes dans le cadre de la relance. « Si l’Europe ne peut pas verser nos fonds de relance parce que les étapes convenues n’ont pas été atteintes, cela mettrait en péril de nombreux investissements importants. Il est temps de passer à l’action, au lieu de jouer au poker avec l’avenir et la crédibilité de ce pays », alerte la libérale, au sein du même parti que le Premier ministre.

Une charge appuyé par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, également VLD, sur LN24 ce jeudi matin. « L’Europe nous a donné pas mal d’argent pour la relance. En ce moment, il faut que les pensions soient réformées. D’où l’importance de ce débat au kern. » Le libéral défend effectivement une vision en désaccord avec celles des ministres PS. « Quelqu’un qui a chômé toute sa vie a autant de pension qu’une personne qui a bossé comme un acharné pendant 30 ans. On doit changer cela ».

Réponse du secrétaire d’Etat socialiste en charge de la Relance: « Oui, il est temps de passer à l’action : la réforme des pensions de Karine Lalieux a été déposée en septembre 2021 déjà. La politique est un sport d’équipe. Sur les fonds de relance, je prendrai mes responsabilités et défendrai l’accord du gouvernement fédéral devant la Commission européenne », tweete Thomas Dermine.

Et Karine Lalieux de répliquer en passant par Le Soir. « Il n’y aura pas de réforme si l’objectif est de diminuer les droits de nos aînés ». Si les libéraux flamands insistent trop, la suite se fera sans elle et les socialistes, prévient-elle.

C’est enfin au PS de porter l’estocade (finale?). « L’Open VLD doit arrêter de reporter la responsabilité sur les autres, Pierre-Yves Dermagne a porté plus de dossiers au parlement que tous les ministres libéraux! Sur les pensions, nous sommes prêts depuis près un an, c’est le Premier Alexander De Croo qui a toujours reporté la négociation. »

Avant de conclure: « Ce qui est évident, c’est que sur le travail et les pensions les socialistes n’ont pas du tout la même vision que les libéraux ».