Procès Pauwels/Hakimi: les avocats des frères Hakimi veulent l’abandon des poursuites

La troisième journée du procès Pauwels/Hakimi était marquée ce mercredi par les plaidoiries des avocats des frères Hakimi. A commencer par Frank Discepoli. Le pénaliste qui défend l’aîné des frères, Farid, désigné comme le cerveau des attaques, a réclamé l’irrecevabilité des poursuites. Il demande donc l’abandon de celles-ci, en raison de l’affaire dite du chef d’enquête. Pour rappel, ce chef d’enquête, Ludovic N., a été écarté du dossier et se retrouve renvoyé devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour violation du secret professionnel. Il a entretenu une relation intime avec la compagne d’un des prévenus, Marwane Hammouda. L’avocat de Farid Hakimi estime qu’il ne s’agit pas que d’une “histoire de fesses”, faisant ainsi référence aux propos tenus la veille par le procureur fédéral Julien Moinil. “C’est bien plus que cela. On ne pas condamner mon client sur base d’un dossier pollué et trafiqué par un chef d’enquête ! Nous sommes dans un état de droit et je demande justice pour mon client”, s’est exclamé l’avocat.

Dans l’après-midi, ce fut au tour de la défense du cadet des frères Hakimi de prendre la parole. Le pénaliste Fabian Lauvaux a tenté un parallèle entre ce dossier et l’affaire Dutroux. Il a voulu rappeler que l’arrêt Spaghetti, celui qui a écarté à l’époque le juge d’instruction Jean-Marc Connerotte, dessaisi du dossier Dutroux pour avoir participé à un repas en présence des familles des victimes.

Rappelons ici que l’irrecevabilité des poursuites avait déjà été réclamée par les avocats de la défense devant la chambre des mises en accusation qui avait estimé que c’était au tribunal de se prononcer à ce sujet.

La journée de ce jeudi sera consacrée à Mons aux suites des plaidoiries, notamment celle de l’avocat Sebastien Courtoy qui défend Marwane Hammouda.

Sven Mary, lui, a prévu de plaider vendredi matin en faveur de son client Stéphane Pauwels.

Le procès devrait durer jusqu’à mardi prochain.