Poursuivi pour avoir financé son frère djihadiste

Moussa a envoyé à Saïd, son frère parti en Syrie, une partie des allocations que ce dernier continuait à percevoir indûment.

C’est un cas de figure que l’on a régulièrement rencontré au cours des dernières années chez ceux que l’on appelle les « Foreign Terrorist Fighters ». Un jeune Belge, parti en Syrie combattre dans les rangs djihadistes, continue de percevoir ses allocations de chômage car il a remis ses cartes de pointage à une personne de confiance.