Pourquoi la tenue d’élections anticipées est encore loin d’être gagnée (Mise à jour)

La Belgique est une terre de compromis, dit-on. Même pour acter un désaccord profond, il faut un accord… Voyez plutôt. Si les partis ne parviennent pas à s’entendre pour former un gouvernement fédéral, de telle sorte que le retour à la case « élections » s’impose comme ultime recours, même pour cela, ils devront trouver une majorité au Parlement afin de voter la dissolution des chambres. Or « cette majorité n’existe pas, et je ne la vois pas se former dans les semaines à venir », analysait François De Smet, le président de Défi, sur Facebook, vendredi.

La Libre a effectué un coup de sonde auprès des partis francophones.