Pour le président du sp.a, « la relance du pays nécessite un gouvernement fort, ce gouvernement ne l’est pas »

Le président du sp.a Conner Rousseau souhaite entamer « dès que possible » des négociations en vue de former un gouvernement fédéral doté d’une majorité, afin de s’attaquer à la relance du pays après la crise du coronavirus, a-t-il fait valoir dimanche sur VTM.

Dans l’état actuel des choses, le sp.a ne renouvellera pas les pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement Wilmès, a-t-il annoncé.

Le gouvernement fédéral actuel, composé du MR, de l’Open Vld et du CD&V, ne dispose que de 38 sièges sur les 150 que compte la Chambre. Pour faire face à la crise due à la pandémie de coronavirus (Covid-19), cet exécutif minoritaire a reçu la confiance de neuf partis et dix partis lui ont attribué des pouvoirs spéciaux.

Ceux-ci ont été accordés fin mars pour une durée de trois mois, renouvelable une fois. Après la N-VA, c’est au tour du sp.a d’annoncer qu’elle ne votera pas une prolongation de ces pouvoirs spéciaux.

« La relance du pays nécessite un gouvernement fort. Ce gouvernement n’est pas fort, mais minoritaire », a déclaré Conner Rousseau. Le président du sp.a souhaite dès lors entamer dès que possible des pourparlers en vue de former un gouvernement majoritaire. « Je veux prendre mes responsabilités », a-t-il lancé, ajoutant ne pas vouloir voir le pays à nouveau bloqué par des « jeux politiciens ». « Le politique rendrait service au pays en se transcendant. »

M. Rousseau n’a pas précisé les partis avec lesquels il pourrait discuter.