Parlement wallon: pour le PTB, « le petit manège des réunions confidentielles » doit cesser

« Face aux graves problèmes de harcèlement et de dépenses excessives d’argent public, le bureau du parlement wallon décide? de ne pas décider », déplore dans un communiqué le chef de groupe du PTB à l’assemblée régionale, Germain Mugemangango. « Le petit manège des réunions confidentielles ne peut plus continuer », ajoute-t-il. Au terme d’une réunion de près de 5 heures, le Bureau du parlement, réuni en urgence ce mardi, a en effet décidé de « ne pas prendre de mesure radicale » contre son greffier, Frédéric Janssens, et de « poursuivre l’instruction ».

« C’est incroyable! On parle de harcèlement allant jusqu’à une menace de mort, on parle de dépassements budgétaires de plusieurs millions d’euros et aucune décision sérieuse n’est prise par ce Bureau pour clarifier la situation », détaille le chef de file de l’extrême gauche.

« Et ce qui est complètement fou, c’est que ce sont les personnes qui sont elles-mêmes sous le coup d’une information judiciaire qui se réunissent entre elles pour décider de leur propre sort « , poursuit-il en réclamant à nouveau « une réunion publique de commission qui nous permette de poser toutes les questions nécessaires sur le volet harcèlement et sur le volet dépenses excessives ».

« Le petit manège de réunions confidentielles ne peut plus continuer. Il faut agir. Les droits des travailleurs du parlement doivent être immédiatement et intégralement respectés et les moyens publics dont il dispose pour fonctionner gérés en toute transparence », conclut Germain Mugemangango.