Parlemenent fédéral, universités, administrations… Le réseau Belnet touché par une cyberattaque « à grande échelle »

Le réseau de Belnet, qui connecte les établissements d’enseignement supérieur et universitaires, les centres de recherche et les administrations publiques, est la cible d’une attaque DDoS de grande ampleur depuis mardi 12h00, a indiqué la porte-parole Davina Luyten. L’origine de l’attaque n’est pas claire. « Nos services travaillent d’arrache-pied, précise-t-elle. « Ce n’est pas évident, car il s’agit d’un piratage à très grande envergure visant l’ensemble du réseau Belnet. Avec une attaque DDoS, un tiers envoie une gigantesque quantité de données sur des serveurs jusqu’à ce qu’ils soient surchargés. »

Toutes les institutions connectées au réseau Belnet sont touchées par l’incident. Environ 200 organisations sont ainsi concernées, dont des universités, des administrations et des instituts de recherche. Elles ont un accès très lent, voire inexistant à internet.

Les réunions à la Chambre annulées

Les réunions de commission à la Chambre sont annulées ce mardi après-midi en raison d’un problème informatique dû à une cyberattaque, a-t-on appris à bonne source.

Des auditions devaient avoir lieu, notamment en commission des Relations extérieures à propos de résolutions déposées sur la situation de la minorité ouïghoure en Chine. En raison de la pandémie, une bonne partie des députés et des orateurs invités participent aux travaux à distance mais le problème survenu mardi empêchait tout lien entre les salles de commission et les personnes qui se trouvent à l’extérieur.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dû suspendre ses travaux

Suite à la cyberattaque contre le réseaux Belnet, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dû suspendre les travaux de ses commissions, mardi.

En raison de la situation sanitaire, une partie des parlementaires intervient à distance via le système Cisco Webex, or le problème de connexion internet généré par la cyberattaque ne permettait plus de garantir la poursuite des débats.

En espérant que le problème puisse rapidement être résolu, le Parlement reste en contact permanent avec le réseau Belnet et communiquera dès que possible un nouvel agenda des travaux.