Nanou Philips, la Belge de 15 ans qui cartonne sur Youtube avec ses vidéos ASMR

« J’avais 11 ans quand j’ai commencé ma chaine », nous explique la jeune fille originaire de Damme (Flandre-Occidentale). « J’ai découvert l’ASMR et j’ai décidé de commencer à en faire moi-même avec mon téléphone portable. Comme mon frère étudiait la photographie et la vidéo, il m’a aidée à me filmer. La première vidéo qu’on a postée a tellement bien marché qu’on a continué. » Sur Youtube, la communauté ASMR réunit en effet des millions de personnes et est extrêmement active.

Une passion qui relaxe

Depuis, Nanou poste deux à trois fois par semaine de nouvelles vidéos où elle chuchote, tapote ses ongles sur différents objets ou froisse des papiers pour les faire crépiter. « Les gens aiment mes vidéos parce qu’elles ne sont pas parfaites, elles sont naturelles et authentiques. »

Ses abonnés voient en l’ASMR une façon de se relaxer et de trouver plus facilement le sommeil. « Personnellement, je regarde surtout de l’ASMR avant d’aller me coucher », explique Nanou. « Mes abonnés m’envoient souvent des messages où ils me disent que je les aide à traverser des moments difficiles et à se déstresser. »

De nombreux projets

Actuellement, Nanou suit les cours à la maison, ce qui lui permet de poster facilement des vidéos. « Je reviens aussi d’un tour du monde », explique-t-elle. Mais cela ne l’a jamais empêchée de poursuivre son activité sur Youtube. L’adolescente mène ses projets avec brio et parvient à gagner de l’argent avec ses vidéos. « Nous investissons beaucoup dans notre matériel et dans les voyages que nous faisons pour mon vlog », explique-t-elle. Parallèlement à cela, la jeune fille a également lancé sa propre collection de hoodies, de shorts de bain et de bougies parfumées.

« Mes parents m’aident et nous soutiennent dans tout ce que je fais », poursuit-elle. « Ils veillent à ce qu’il n’y ait pas trop de pression sur moi, ça doit rester quelque chose d’amusant. »

Si elle ne sait pas encore ce qu’elle veut faire plus tard, la jeune fille espère pouvoir continuer à faire ce qu’elle fait actuellement, tout en continuant à grandir. « Je vais passer mes examens via le jury central, puis je verrai bien les opportunités qui se présentent à moi. Je ne ferme la porte à rien. »