Muriel Targnion est exclue du PS: quid de son poste de bourgmestre de Verviers? (Mise à jour)

Le suspense était à son comble pour le monde politique verviétois. Comme attendu, ce mercredi à 11 heures, la bourgmestre Muriel Targnion, sous le coup d’une procédure d’exclusion du parti, a été entendue au siège du Parti socialiste, boulevard de l’Empereur à Bruxelles. Elle a été reçue pendant plus d’une heure par la commission de vigilance nationale du parti, instance indépendante au sein de celui-ci, qui veille au respect des règles internes au PS, habilitée à infliger des sanctions en cas de manquements.

Portant un dossier d’une douzaine de pages sous le bras, elle s’est longuement défendue, expliquant son point de vue sur les faits. Alors que l’on attendait une décision en cours de journée, il aura finalement dû attendre ce jeudi, après une longue délibération, pour que la décision de la commission de vigilance tombe : Muriel Targnion est exclue du Parti socialiste. La commission a estimé « que les manquements répétés reprochés à Muriel Targnion étaient constitués ». Cette dernière était déjà depuis l’affaire Publifin dans le collimateur du président du parti Paul Magnette, nous soufflent des élus socialistes. Cet épisode aura été celui de trop. Le point de non-retour était atteint.

Ce qui lui est reproché ? D’avoir enfreint les directives du parti en déposant une motion de méfiance collective contre le collège alors que l’Union socialiste communale (USC) et la Fédération verviétoise du PS étaient sous tutelle. Il lui avait été demandé de suspendre toute procédure mais elle n’avait rien voulu savoir, poussant la résistance jusqu’au bout pour tenter d’évincer son principal rival : le président du CPAS Hasan Aydin (PS).

Quid de la suite ?

Suivant le Code de la démocratie, si Muriel Targnion est exclue de son parti, elle ne perd pas pour autant son mayorat. Elle peut continuer à siéger comme indépendante, au sein même du groupe PS. Seul hic : elle ne dispose plus de la majorité au sein du groupe PS (5 sur 13 socialistes), ni même au sein du conseil communal, rendant la tâche ardue pour poursuivre le travail entamé avec son collège.

Mais un scénario se trame déjà au sein du PS verviétois pour déboulonner celle-ci par le dépôt d’une motion de méfiance constructive auquel s’accompagnerait un nouveau pacte de majorité (dont le MR et le CDH pourraient faire partie) avec Jean-François Istasse comme bourgmestre ad intérim jusqu’en 2024. L’actuel chef du groupe PS offre en effet une solution d’apaisement avec l’avantage de l’expérience et du militantisme, sans aucune ambition au-delà. Quant à Hasan Aydin, deuxième meilleur score ? Il ne fait pas l’unanimité au sein du groupe PS. Affaire à suivre donc…