Manque de cohésion dans les nouvelles mesures? Elio Di Rupo n’est pas d’accord: « Plutôt que de pointer les différences, pointons les points de convergence »

Ce 25 octobre, Elio Di Rupo était invité sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche ». L’occasion pour l’homme politique de revenir sur les nouvelles mesures qui viennent d’être prises au niveau fédéral, mais également régional. En effet, ce vendredi 23 octobre, le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé quelques changements dans les règles mises en place afin d’endiguer la pandémie en Belgique. Il a notamment été décidé de fermer les parcs d’attractions, et les présences au sein des universités ont encore été réduites. Quelques heures plus tard, c’était au tour de la Région Wallonne d’annoncer de nouvelles mesures, beaucoup plus restrictives cette fois-ci. Ainsi notamment, le couvre-feu s’étend désormais de 22h à 6h et plus de minuit à 5h comme l’avait décidé le fédéral.

Face à ces changements, beaucoup se sont étonnés et ont dénoncé une mauvaise communication de la part des autorités. Mais selon le ministre-président wallon, l’annonce de ces nouvelles mesures n’aurait pas pu se dérouler différemment.

« Notre pays, depuis plus de 40 ans, est un pays fédéral. Il y a trois Régions et trois Communautés. On parle 4 langues. Nous avons un socle commun que l’on discute au comité de concertation puis on adapte en fonction des réalités en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre. Il y a aussi des adaptations dans les communes et provinces (…) Plutôt que de pointer les différences, pointons les points de convergence. »

Elio Di Rupo a poursuivi en répondant aux critiques. « J’ai entendu dire ‘Pourquoi une communication le matin et une autre le soir?’ C’est simple. Le matin, parce que nous avons discuté au Comité de concertation. Quand je suis au comité de concertation, je ne peux pas être avec mon gouvernement. Le lendemain, je réunis mon gouvernement et on travaille. Et le soir-même, on communique des mesures beaucoup plus restrictives », a-t-il expliqué.