L’utilisation du vélo électrique en très forte augmentation en Belgique

Le vélo électrique a vu son utilisation augmenter de 56% en deux ans, confirmant sa popularité grandissante dans les trajets du quotidien. Comme pour le vélo non électrique, son utilisation est plus importante en Flandre avec près de 31% d’utilisateurs contre 14% en Wallonie et 19 % à Bruxelles. Cependant, c’est à Bruxelles et en Wallonie que les augmentations ont été les plus fortes.

Si le vélo non électrique connaît une hausse moins fulgurante, celle-ci a tout de même progressé de 41 à 45% en deux ans à l’échelle nationale. Bien que son taux d’utilisation reste nettement plus élevé en Flandre (53%) que dans les autres régions, on constate de fortes augmentations en Wallonie, qui passe de 20 % à 33%, et à Bruxelles, de 25 % à 38 %. Celles-ci expliquent la hausse constatée au niveau national.

Toutefois ces augmentations en Wallonie et à Bruxelles résultent essentiellement d’une très forte hausse de l’utilisation occasionnelle du vélo. En effet, l’utilisation fréquente du vélo accuse une baisse de pourcentage (-8% pour 4 jours d’utilisation par semaine) tandis que l’usage occasionnel, de quelques jours par an, présente une augmentation de 16%. Un phénomène qui pourrait être lié à la crise sanitaire, les activités de loisirs à l’extérieur étant encouragées. Dans le même temps, la normalisation du télétravail a également joué un rôle dans la diminution de son usage quotidien, selon le SPF.

Sans surprise, l’usage du vélo électrique augmente avec l’âge tandis que l’utilisation d’un cycle classique diminue au fil des années. Le taux d’utilisation du vélo électrique selon l’âge a peu évolué en deux ans et les 55 ans et plus étaient 28% à en faire usage contre 19% pour les 35-54 ans. Toutefois, son utilisation a fortement augmenté chez les moins de 35 ans passant de 10 à 25%. Le vélo non-électrique connaît quant à lui une progression dans toutes les catégories d’âge, les moins de 34 ans étant toujours ses utilisateurs principaux (54%).

Au niveau national, c’est pour le motif « faire une promenade à vélo » que le vélo non électrique est le plus fréquemment utilisé (84%). Viennent ensuite les motifs « faire des courses » (75%), « activité de loisirs » (66%) et « tout le trajet domicile-travail » (54%).

Le vélo électrique est quant à lui le plus fréquemment plébiscité pour les courses (79,8%), le trajet domicile-travail (70%) et les loisirs (72,3%). Globalement, il est plus utilisé quel que soit le motif de déplacement.

Au niveau belge, le vélo électrique ou non, remplace d’abord la voiture dans les déplacements domicile-travail. Le vélo électrique est toutefois un substitut à la voiture plus fréquent (45%) que le vélo non électrique (38%).

Parmi les modes proposés, c’est de loin le vélo électrique (13%) qui recueille le plus de suffrages pour une intention d’achat dans les deux ans. En seconde position, le vélo non électrique recueille 7% des intentions d’achat.