Luc Van Looy, évêque émérite de Gand, a demandé au pape de ne pas devenir cardinal

C’est un geste inédit que vient de poser l’évêque émérite de Gand, Luc Van Looy. Choisi en mai par le Pape pour devenir cardinal, il a décidé de refuser cette nomination.

Celle-ci a en effet « suscité beaucoup de réactions positives mais aussi des critiques du fait qu’il n’aurait pas toujours réagi suffisamment énergiquement en tant qu’évêque de Gand (2004-2020) contre des abus dans la relation pastorale, écrit ce jeudi la conférence des évêques de Belgique. Afin d’éviter que des victimes de tels abus ne soient une nouvelle fois blessées suite à son cardinalat, Monseigneur Van Looy a demandé au Pape de le dispenser de l’acceptation de cette nomination. Le Pape François a accepté sa requête. »

Le Cardinal De Kesel et les évêques de Belgique apprécient la décision de Mgr Van Looy peut-on encore lire dans leur communiqué. « Ils réitèrent à cette occasion leur engagement à poursuivre imperturbablement leur combat contre toute forme d’abus dans l’Eglise catholique dans lequel l’intérêt des victimes et de leurs proches figure toujours en première place. »

Les critiques qu’évoquent les évêques avaient été avancées par le groupe Mensenrechten in de Kerk, dans un communiqué publié fin mai, suite à la nomination de Luc Van Looy. Ce mouvement, porté par le néerlandophone Rik Devillé, explique avoir interpelé plusieurs fois par le passé Luc Van Looy à propos d’abus sexuels commis sur des mineurs par des ecclésiastiques dans son diocèse et au sein de son ordre, les Salésiens de Don Bosco. « L’évêque Van Looy était au courant des abus sexuels commis par le salésien Luc D., qui a abusé de plusieurs enfants en Afrique centrale », peut-on lire dans le communiqué. Mais il n’aurait rien fait pour le condamner. De même, il aurait protégé le prêtre Omer V. qui aurait fait des centaines de victimes alors qu’il était missionnaire au Zaïre. Ces faits n’ont pas été jugés.

En 2018, interrogé sur le cas d’Omer V. qui était retourné malgré ses antécédents au Rwanda (où il avait une organisation à but non lucratif pour s’occuper d’enfants orphelins), le diocèse de Gand défendait Luc Van Looy. Ce dernier aurait interdit à Omer V. (alors à la retraite) de se rendre au Rwanda. Mais celui-ci aurait ignorées ces interdictions. Luc Van Looy aurait par ailleurs demandé qu’Omer V. soit réduit à l’état laïc, mais Rome n’aurait pas suivi cette demande.