L’Exécutif des musulmans de Belgique répond au ministre van Quickenborne: « Des déclarations incorrectes, insultantes et diffamatoires »

M. Van Quickenborne (Open Vld) a annoncé jeudi matin par communiqué, après s’être exprimé dans les médias, avoir retiré la reconnaissance de l’EMB. Il a expliqué que l’exécutif n’avait pas pris des mesures nécessaires pour mettre fin à des manquements, comme un manque de transparence, l’absence d’élections et le fait que le conseil d’administration ne s’est plus réuni depuis octobre 2019.

L’EMB se dit, dans un long communiqué, « consterné par les actions et les déclarations du ministre ». « Les déclarations de M. Van Quickenborne concernant l’EMB, son fonctionnement et ses membres, ainsi que les discussions tenues de septembre 2021 à juin 2022, sont incorrectes, insultantes et diffamatoires », indique le texte, signé par le président de l’EMB, Mehmet Üstün.

L’EMB souligne que les élections ont effectivement été préparées au cours des derniers mois.

« Une date avait été fixée auparavant mais, pour donner une nouvelle chance aux discussions avec le ministre, elle a été ajournée. Le ministre ayant unilatéralement arrêté les pourparlers à partir de juin 2022, le 13 septembre 2022, en concertation avec les représentants des différentes instances représentatives des communautés musulmanes respectives de notre pays, nous avons fixé une nouvelle date pour les élections, à savoir les 17 et 18 décembre 2022. Ainsi, cette date a été fixée avant que le ministre ne décide du retrait » de la reconnaissance, poursuit le texte.

L’EMB exprime encore expressément, « au nom de l’ensemble de la communauté musulmane belge », ses réserves quant à cette action gouvernementale grossièrement inconstitutionnelle et inacceptable de la part de M. Van Quickenborne.