Les bons réflexes pour aider les aînés à affronter la vague de chaleur au jour le jour

Belgique On le sait, les personnes âgées sont encore plus concernées que tout autre par la canicule, la réaction de leurs corps étant moins rapide en cas de forte chaleur. L’Aviq donne des conseils pour aider au mieux les seniors à passer ce cap, en sécurité.

Les personnes âgées ressentent beaucoup moins la chaleur environnante en raison d’un affaiblissement du traitement central de l’information par le cerveau. Cela se traduit notamment par une diminution importante de leur sensation de soif.

D’autre part, le phénomène d’évaporation de la sueur et de refroidissement du corps est moins efficace car les glandes sudoripares fonctionnement moins bien.

Ajoutons à cela que les personnes âgées souffrent souvent de maladies chroniques qui les rendent plus sensibles aux grandes variations de température. Elles prennent de ce fait plus de médicaments, dont certains ont parfois un impact négatif sur la régulation thermique du corps.

Si vous prenez soin de certaines personnes, veillez à la présence d’une pièce plus fraîche avec un thermomètre et à la présence d’une réserve suffisante de boissons. Notez toutes les informations importantes concernant la personne (au cas où celle-ci devrait malgré tout être hospitalisée d’urgence) et placez cette note à un endroit visible. Si la personne prend des médicaments, veillez à la présence d’une liste. Dressez une liste des numéros de téléphone importants et installez un téléphone à proximité de la personne.

Informez d’autres personnes (voisins, parents, médecin ou infirmière à domicile) si vous vous absentez pour qu’elles puissent prendre le relais. Donnez un double des clés à une personne de confiance qui pourra entrer en cas d’urgence. Appelez régulièrement.

Voir si cela ne va pas

Voici les signes qui peuvent faire penser à un épuisement dû à la chaleur au au début d’un coup de chaleur

• modification du comportement habituel ;

• grande faiblesse, grande fatigue ;

• difficulté inhabituelle à se déplacer ;

• étourdissements, vertiges, trouble de la conscience voire convulsions ;

• nausées, vomissements, diarrhée ;

• crampes musculaires ;

• température corporelle élevée, pouls rapide ;

• soif et maux de tête, bouche sèche.

Dans ces cas-là, prenez rapidement la température corporelle, rafraîchissez la personne en l’enveloppant d’un drap humide, l’emmener dans la pièce la plus fraîche, mettre en route le ventilateur éventuellement et donnez de l’eau fraîche par petites gorgées. Il ne faut donner « ni d’aspirine, ni de paracétamol », conseillent les médecins de l’Aviq.

Une réglementation commune aux maisons de repos

Des recommandations indiquent la marche à suivre pour les maisons de repos. Ainsi la direction doit notamment s’assurer qu’il existe une grande pièce climatisée ou restant fraîche (température maintenue entre 22 et 27°C) pouvant accueillir les résidents pendant les heures chaudes de la journée et faire vérifier le système de rafraîchissement d’air s’il existe ; disposer de moyens de rafraîchissement suffisants (ventilateurs, brumisateurs, serviettes légères ou lingettes à humecter d’eau).

Il est aussi recommandé de disposer de thermomètres et d’enregistrer les températures relevées régulièrement.

Le personnel soignant a aussi pour mission d’identifier les personnes âgées les plus fragiles, celles capables de boire seule (avec une surveillance) et déterminer le personnel, dûment formé, qui s’en occupera et en sera responsable

E.W.