Le roi Philippe réaffirme ses « plus profonds regrets » au Congo: « Le régime colonial était marqué par le paternalisme et le racisme »

Le roi Philippe a réaffirmé, mercredi au deuxième jour d’une visite officielle en République démocratique du Congo (RDC), « ses plus profonds regrets » pour les blessures du passé colonial. Lors d’un discours très attendu sur l’esplanade du Palais du Peuple, siège du Parlement, à Kinshasa, le souverain belge a réitéré « ses plus profonds regrets » – déjà exprimés en 2020 dans une lettre historique adressée au chef de l’Etat Félix Tshisekedi – pour les souffrances infligées au peuple congolais pendant la période coloniale.

« Bien que de nombreux Belges se soient sincèrement investis, aimant profondément le Congo et ses habitants, le régime colonial comme tel était basé sur l’exploitation et la domination », a déclaré le roi Philippe. « Ce régime était celui d’une relation inégale, en soi injustifiable, marqué par le paternalisme, les discriminations et le racisme. Il a donné lieu à des exactions et des humiliations », a-t-il ajouté, face à plusieurs milliers de Congolais rassemblés pour l’occasion devant le parlement.

Le Roi a poursuivi en promettant le soutien de la Belgique à la RDC dans ses efforts pour préserver l’intégrité territoriale du Congo, dont l’Est est en proie à l’instabilité et à un regain de tensions avec le voisin rwandais.
« Pour vous, comme pour moi, la présence belge au Congo, avant 1960, laisse aussi un héritage qui a ancré le pays dans ses frontières actuelles », a fait valoir le monarque. « Vous pouvez compter sur le soutien de la Belgique, au sein des instances internationales, à toute initiative visant à la stabilité et au développement harmonieux de l’Afrique des Grands Lacs. La reprise progressive de notre coopération militaire s’inscrit dans la même logique ».

Le roi Philippe a ensuite appelé les responsables congolais à « unir les forces pour répondre ensemble aux nombreux défis communs ». « Cela requiert un grand sens de la collaboration, un vrai partenariat d’égal à égal, et une créativité à la hauteur des défis actuels. La voix des Congolais et des Africains doit être entendue et prise en compte par rapport à tous les grands enjeux contemporains ».

Les souverains belges, accompagnés de plusieurs membres du gouvernement fédéral, dont le Premier ministre Alexander De Croo, sont arrivés mardi après-midi à Kinshasa pour une visite de six jours en RDC à l’invitation du président Félix Tshisekedi, la première depuis celle qu’avait effectuée le roi Albert II en 2010.

Cette visite en RDC, premier bénéficiaire de l’aide publique belge au développement, s’inscrit dans le cadre du réchauffement des relations diplomatiques bilatérales depuis l’accession au pouvoir de Felix Tshisekedi
« Au fil des décennies, la coopération entre nos deux pays a connu des hauts et des bas. Ces dernières années, elle avait même perdu de son dynamisme. Il était temps de la faire revivre. Aujourd’hui, les bases d’un nouveau partenariat bilatéral sont posées. Le Congo reste ainsi notre partenaire le plus important en Afrique », a encore déclaré le roi Philippe.

Cette visite royale, initialement prévue pour célébrer les 60 ans de l’indépendance de l’ancienne colonie belge en 2020,