Le quiet quitting, ou l’art de faire le strict minimum au travail : « L’énergie que j’investissais dans mon job, je l’investis désormais ailleurs »

« Mon travail, ce n’est pas ma vie. » Il y a plusieurs mois, Mathilde*, employée dans la fonction publique, a décidé de limiter son investissement professionnel. Après un an et demi à se donner corps et âme pour son entreprise, la jeune Bruxelloise s’est vu refuser une promotion, pour un poste qu’elle convoitait avec grand intérêt. « Ça m’a mis une énorme claque. J’ai eu l’impression de ne pas être

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité