Le front commun syndical de la fonction publique fédérale dépose un préavis de grève

Les syndicats de la fonction publique fédérale disent ainsi vouloir protester contre la décision du gouvernement fédéral de rejeter le pré-accord que la ministre de la Fonction publique Petra De Sutter avait signé avec eux et de passer outre la concertation sociale.

« La déception en ce gouvernement fédéral, qui a décidé de ne pas appliquer l’augmentation salariale négociée ni l’augmentation de l’allocation de fin d’année, est énorme. Les agents fédéraux patientent depuis plus de 20 ans pour obtenir une augmentation salariale hors index », expliquent Tony Six et Grégory Wallez, secrétaires fédéraux du syndicat socialiste ACOD/CGSP.

« Des dispositions avaient été convenues dans le pré-accord avec la ministre de la Fonction publique, pour que les emplois deviennent plus attrayants et pour que les vacances d’emploi soient comblées plus facilement. Le gouvernement fédéral a décidé d’un trait de plume de balayer ce pré-accord », regrettent Johan Lippens et Silvana Bossio, responsables de secteur au sein du syndicat chrétien CSC/ACV services publics.

Par ce préavis de grève, le front commun syndical veut notamment obtenir que « la concertation sociale soit à nouveau prise au sérieux »; « arrêter les économies linéaires »; « stopper le démantèlement de l’emploi statutaire, par la contractualisation débridée et le travail intérimaire » ou encore « rétablir la conformité au marché des salaires », soulignant qu’une « indexation n’est pas une augmentation salariale ».

« Si le gouvernement ne donne pas suite à notre revendication concernant le pré-accord, des actions en front commun syndical suivront chaque mercredi. Nous prévoyons de renforcer nos actions et si le gouvernement continue à nous négliger, des actions dures suivront également », conclut Stefaan Slaghmuylder, président national du SLFP.

Le préavis de grève débutera le 9 novembre, pour une durée indéterminée, a précisé à Belga Silvana Bossio, de la CSC Services publics.