Le Brabant flamand interdit également le convoi de la liberté

« Les manifestations ne sont pas interdites, le droit de manifester est sauvegardé », a-t-il par contre insisté. La province veut en effet éviter de bloquer les grands axes de circulation, les routes d’accès à l’aéroport ou d’autres lieux stratégiques du Brabant flamand et prévenir les désagréments, a-t-il justifié.

Le « convoi de la liberté » a déjà été interdit à Gand et à Bruxelles. Ce lundi, des camionneurs de tout le pays et d’autres pays européens doivent se rendre à Bruxelles pour manifester contre les mesures corona actuelles.

Au Canada, un convoi similaire qui s’était élancé il y a quelques jours a finalement mené au blocage d’Ottawa, la capitale.

Selon Jan Spooren, l’action de lundi viserait également les axes de circulation en dehors de Bruxelles, avec des points de rassemblement dans le Brabant flamand. Les zones de service le long des autoroutes à Peutie/Vilvorde, Heverlee, Rotselaar et Ruisbroek auraient été choisies.

Afin de prévenir d’éventuels blocages et troubles et de permettre aux bourgmestres de la province de prendre des mesures uniformes à leur encontre, le gouverneur a pris un arrêté de police.

Il a fait cela en concertation avec les polices locales et fédérale et après communication avec le Centre national de crise. « Il est difficile d’estimer les conséquences qu’aura la manifestation. Tant la police locale que la police fédérale du Brabant flamand sont prêtes à intervenir de manière équilibrée si nécessaire pour préserver ou rétablir l’ordre public », a conclu Jan Spooren.