« La situation se dégrade », « arrêtons de discuter », « ennuyeux »: les hôpitaux accusent les autorités après les mesures tardives

Les chiffres du jour l’ont encore prouvé: la situation dans les hôpitaux est de plus en plus préoccupante. Au total, 2.867 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 578 patients traités en soins intensifs. Un constat partagé par Frank Vermassen, le médecin en chef de l’UZ Gent. « J’espère que tout le monde arrêtera de discuter des mesures et se contentera de les suivre. Alors, avec un peu de chance, nous pourrons éviter une catastrophe », a-t-il déclaré pour le Nieuwsblad.

Selon le médecin, les mesures prises par le comité de concertation étaient nécessaires. « Je pense qu’elles constituent une bonne base pour continuer dans les semaines à venir », a-t-il ajouté.

Pour Gert Van Assche, médecin en poste à l’UZ Leuven, tous les hôpitaux du pays sont concernés. « La situation se dégrade tous les jours », a-t-il commencé. Pour lui, les ministres auraient même pu aller plus loin pour endiguer la crise. « Je m’attendais à un resserrement encore plus prononcé. Maintenant, tout le monde doit respecter strictement les mesures. Nous ne devons vraiment pas les contourner. Les gens ne réalisent pas à quel point la situation dans les hôpitaux est critique. Désormais, la population doit suivre les mesures avec une restriction des contacts. Grâce à cela nous pourrons éviter un confinement ou une vaccination obligatoire ».

À Bruxelles aussi, le système hospitalier est sous tension. Comme l’explique Marc Noppen, président de l’UZ Brussel. « Nous aurions dû prendre des mesures il y a quatre ou cinq semaines », estime-t-il. « Nous savions déjà qu’une recrudescence de l’épidémie allait se produire. Les décideurs politiques étaient informés. » Marc Noppen ne comprend pas l’attentisme des autorités. Pour lui, cette quatrième vague était une évidence. « La première était inédite pour tout le monde. Nous aurions pu réduire l’impact sur la deuxième et la troisième. Il s’agit de la quatrième vague et c’est ennuyeux de ne pas l’avoir prévue. Cela fait des semaines que nous sommes au courant et nous agissons que maintenant… »