La proposition de loi sur la tolérance zéro au volant est recalée

Le vote vient de se dérouler. Le projet est recalé.

La commission Mobilité de la Chambre des Représentants s’est réunie ce mardi après-midi pour aborder le projet de proposition de loi visant à abaisser le taux d’alcool maximum autorisé au volant. Un enjeu de taille : chaque année, près de 600 personnes décèdent chaque année en Belgique d’un accident de la route. Et une grande partie décède des suites d’une consommation abusive d’alcool au volant.

L’Institut Vias, expert en sécurité routière, a estimé qu’un abaissement de la limite d’alcool au volant de 0,5 gramme dans le sang à 0,2 permettrait de sauver 17 vies en moyenne chaque année, et d’éviter des blessures chez un peu plus de 300 personnes. « Le fait que la limite soit fixée à 0,5 g/l pousse de nombreux conducteurs à calculer alors qu’il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu que cela est impossible à établir, expliquait dernièrement l’Institut Vias, favorable à une tolérance zéro. On sait de plus que même une toute petite présence d’alcool dans le sang altère les réflexes. »

Les membres de la commission devaient en réalité statuer sur deux propositions : la première, poussée par le SP.A et Ecolo-Groen, visait à instaurer pour tous une tolérance zéro pour l’alcool au volant. La seconde, déposée par le MR, invitait à réduire la limite légale du taux d’alcool de 0,5 à 0,2 g/l de sang pour les conducteurs novices. Soit ceux ayant obtenu leur permis depuis moins de deux ans.

Au niveau européen, la Belgique fait partie des derniers pays où la tolérance zéro n’est pas encore d’application pour les jeunes conducteurs, aux côtés de pays comme le Royaume-Uni et le Danemark. Mais la législation belge actuelle punit plus sévèrement les conducteurs débutants puisque, dans le cas d’un dépassement de 0,5 g/l, la sanction encourue est la déchéance du droit de conduire. Ceux-ci doivent donc repasser l’examen théorique et pratique. Un conducteur chevronné, quant à lui, devra s’acquitter d’une perception immédiate allant de 174 à 578 €, et d’un passage devant les tribunaux de police pour les cas les plus graves.