La prochaine année scolaire sera bouleversée : la réforme des rythmes scolaires annuels a été validée par le Parlement

Les votes se sont exprimés ce mercredi, en début de soirée. Le projet de décret relatif à la réforme des rythmes scolaires annuels dans l’enseignement obligatoire, l’enseignement secondaire artistique à horaires réduits et la promotion sociale francophones a été adopté en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles par 59 voix contre 15 et 6 abstentions. Les députés de la majorité PS-MR-Ecolo ont voté pour (à l’exception de la députée MR Alexia Bertrand qui s’est abstenue). Dans l’opposition, une partie des députés du parti Les Engagés se sont abstenus, les autres ont voté contre. Le PTB a voté contre. Et Défi s’est lui aussi abstenu. Ces trois formations, favorables à la réforme sur le fond, ont une dernière fois tenté en vain de postposer d’un an l’entrée en vigueur des changements.

Le fait d’adopter une réforme qui va dans le sens du bien-être des enfants et de la lutte contre les inégalités a constitué le motif majeur de réjouissance dans la majorité. L’opposition aussi a répété son attachement aux nouveaux rythmes tout en dénonçant à nouveau les problèmes de timing. Le nouveau calendrier déjà présenté iciprévoit une alternance entre 6 à 8 semaines de cours et 2 semaines de congé. L’année scolaire commencera le dernier lundi d’août (la prochaine, en l’occurrence, le 29) et s’achèvera le premier vendredi de juillet. Des mesures sont également prises pour limiter le nombre de jours blancs et contrôler le respect de l’obligation scolaire.

ici par la coordinatrice de l’étude de faisabilité de la Fondation Roi Baudouin : « Il y a urgence pour un certain nombre d’enfants en difficulté. » Et la Flandre n’est manifestement pas prête.

« D’ici les vacances, ils ont d’autres priorités »

Dans l’opposition, Jean-Pierre Kerckhofs (PTB) a lancé : « Il faut arrêter de dire que c’est ce nouveau calendrier qui viendra à bout des inégalités scolaires. C’est complètement exagéré. Si on veut lutter contre les inégalités, il faut mettre des moyens, s’attaquer à la taille des classes, au marché scolaire et à la question de la gratuité. »

« Je ne peux pas me contenter des violons de la majorité qui tentent de nous endormir », a déclaré la députée Mathilde Vandorpe (Les Engagés). « Si tous les enfants ne sont pas concernés par le problème du décalage entre les communautés, tous les enseignants sont bel et bien concernés par le fait de revoir la succession de leurs séquences d’enseignement pour l’année prochaine. Or, d’ici les vacances, ils ont d’autres priorités… »

Quant à la cheffe de groupe Alda Greoli (Les Engagés), elle a regretté que la majorité se félicite d’avoir une longueur d’avance dans ce dossier vu les difficultés qu’il cause encore.

“Plus on multiplie les tas de fumier, plus on trouvera des coqs pour chanter dessus.”

Dans la foulée, elle a critiqué le manque de solutions apportées par deux ministres dont les secteurs sont touchés par la réforme : l’Ecolo Bénédicte Linard (pour l’accueil temps libre) et la MR Valérie Glatigny (pour l’enseignement supérieur, la jeunesse et les sports). Le travail sur les adaptations nécessaires pour minimiser les désagréments liés au changement doit se poursuivre.

La prochaine année scolaire sera bouleversée : la réforme des rythmes scolaires annuels a été validée par le Parlement©IPM