La précarité des étudiants inquiète: pour faire des économies, ils font passer leur santé et leur alimentation au second plan

Une pièce précieuse vient d’être exhumée dans le cadre du dossier de la précarité étudiante. Une étude sur les conditions de vie des étudiants de l’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait été commandée au bureau de consultance BDO par l’alors ministre de tutelle, Jean-Claude Marcourt (PS), sous la précédente législature. Le rapport final, une brique de plus de deux cents pages, a été bouclé et transmis aux autorités juste avant les dernières élections. Il prenait la poussière jusqu’à l’intervention, en commission, de la cheffe de groupe CDH au Parlement, Alda Greoli, mardi, pour en recommander l’examen approfondi avec ses auteurs (lire par ailleurs). La Libre a pu en prendre connaissance et en dégager les grands enseignements.