La police est-elle prête à engager des agents avec un casier judiciaire?

Belgique

La police fédérale plaide pour un recrutement « plus transparent et efficace », nuance une porte-parole mardi auprès de Belga. Dans les pages de Knack, le commissaire-général de la police fédérale Marc De Mesmaeker évoquait le même jour la possibilité de demander au prochain gouvernement de recruter des personnes avec un casier judiciaire limité. « Nous n’allons certainement pas abaisser la qualité du recrutement des agents en raison d’une pénurie de personnel », insiste une porte-parole. La police totalise 3.700 postes vacants. Dans une interview accordée à Knack, Marc De Mesmaeker, commaissaire-général de la police fédérale depuis un an, explique qu’il souhaite demander au prochain gouvernement de clarifier les peines qui amènent à une élimination immédiate de la procédure de sélection.

Il est faux de dire que la police cherche à engager des personnes avec un casier judiciaire pour pallier la pénurie de personnel, souligne le même jour Sarah Frederickx, porte-parole de la police fédérale. « Nous n’allons certainement pas transiger sur la qualité », insiste-t-elle.

Selon elle, le but est que les conditions de sélection soient plus claires pour le candidat dès le début de la procédure. « Des auteurs de faits de mœurs ou de trafic de drogue peuvent pour l’instant se porter candidats mais sont éliminés lors de la procédure de sélection interne. L’objectif est que ces personnes sachent dès le début qu’il est inutile de postuler. Le but n’est pas d’exclure les personnes qui ont eu une amende pour mauvais stationnement ou parce qu’elles roulaient à vélo sans éclairage. Ce n’est déjà pas le cas actuellement. Tout ce que nous voulons est un recrutement plus transparent et efficace », explique la porte-parole.