La plupart des bourgmestres N-VA se prononcent en faveur d’un gouvernement avec le PS

La N-VA pourrait-elle gouverner aux côtés du parti socialiste (PS)? Selon une enquête du Standaard, une majorité de bourgmestres N-VA jugent ce scénario « possible ».

Trente-huit des cinquante-trois bourgmestres N-VA ont répondu aux questions de nos confrères flamands du Standaard, afin de donner leur opinion sur une éventuelle coalition au fédéral réunissant notamment la N-VA et le PS. Au terme de l’enquête, 32 d’entres eux ont soulgné qu’une collaboration entre les nationalistes flamands et le parti socialiste francophone était possible. Quatre bourgmestres n’ont pas souhaité participé et deux ont soumis une réponse négative.

Des commentaires reçus, il ressort deux constats mis en avant par les bourgmestres: qu’il est tout à fait possible de négocier avec les socialistes, et qu’il est important pour le niveau local que la N-VA participe à une majorité fédérale. Des décisions fédérales en matières de justice, de secours ou de police ont des conséquences au niveau local. Si la N-VA veut donc réellement jouer un rôle en vue, elle n’a pas d’autre choix que de monter dans un gouvernement au fédéral, constatent de nombreux bourgmestres de ses propres rangs.

« Pas la tâche de la N-VA »

Des deux qui préfèrent qu’on abandonne la piste d’une alliance N-VA – PS, l’un veut rester anonyme et indique vouloir que l’électeur retourne aux urnes, tandis que l’autre est Kurt Ryon, de Steenokkerzeel, où la N-VA est au pouvoir avec le cartel « Klaver ». « Il faut arrêter« , explique-t-il à la rédaction du Standaard. « Je n’arrive plus à expliquer cela dans mon village. Ce n’est pas la tâche de la N-VA de maintenir le pays debout au niveau fédéral« .

Mardi pourtant, Bart De Wever, le président de la N-VA, s’était montré particulièrement pessimiste à l’égard d’un potentiel gouvernement PS – N-VA. « Trouver un compromis, c’est déjà très compliqué. Mais si on ajoute encore les tensions qui existent entre les partis francophones pour l’instant, notamment entre le MR et le PS, ça devient hypercompliqué, voire impossible« , déclarait-il.

Ce jeudi encore, le parti écologiste francophone a fait savoir qu’il écartait toute possibilité de monter dans un gouvernement avec les nationalistes flamands.